ZRC Grands Fonds 300 m

Comment une petite manufacture de Haute-Savoie a-t-elle réussi à produire, pendant vingt-cinq ans, des montres de plongée d’une  qualité remarquable, dont la réputation a fait le tour du monde et qui ont équipé, notamment, la Marine nationale, les Pompiers de Paris et, paraît-il, l’équipe de France de ski nautique ?

Au premier abord, la ZRC Grands Fonds ne paraît pas avoir un profil de star : petit diamètre, allure un peu rustre, sans parler de cette étrange idée d’enclaver la couronne à six heures, entre le boîtier et une anse articulée taillée à la serpe, pas très pratique pour la mettre à l’heure…

Bienvenue en France, ce pays où les ingénieurs prennent parfois le pas sur les designers, pour le pire parfois mais aussi, bien souvent, pour le meilleur ! Songez aux automobiles Voisin, conçues comme des avions, à la Citroën DS, ce concours Lépine sur quatre roues, aux productions de Le Corbusier : la fonction d’abord, la forme ensuite. La ZRC Grands Fonds appartient bien à cette veine du génie français. D’ailleurs, la deuxième génération de cette montre est le fruit d’une commande de la Marine nationale ; autant dire que ce ne sont pas les considérations commerciales qui ont présidé à sa conception, mais bel et bien l’efficience et la fiabilité.

 

Genèse et première génération

La première « Grands Fonds 300 m » voit le jour au début des années 1960, d’une rencontre a priori improbable. À cette époque, la plongée amateur connaît un essor rapide mais cette activité, nouvelle et ludique, s’avère aussi potentiellement dangereuse. La recrudescence d’accidents pousse les autorités à se rapprocher des clubs de plongée pour contribuer à la formation des pompiers. Ces contacts sont également motivés par le développement des opérations en immersion (recherches subaquatiques, sauvetages) pour lesquelles, parfois, l’appui des plongeurs amateurs est sollicité.

Tel est ainsi le cas notamment à Annecy, où le capitaine de gendarmerie Schaeffer et le docteur Louis Servettaz organisent des entraînements réguliers et des formations avec les plongeurs de la région. Au sein de ce petit monde, on trouve des salariés de la société ZRC, qui fabrique des bracelets brevetés et de la petite bijouterie depuis le début du siècle. C’est entre ces passionnés que naît l’idée de concevoir une montre de plongée performante. La spécialité de ZRC étant plutôt la réalisation de bracelets, les compétences manquantes sont apportées par deux horlogers de Toulon, spécialistes des montres de plongée : Yves Pastre, horloger de la Marine et M. Digne.

Ainsi naît la première Grands Fonds 300 m, une montre de petit diamètre, robuste et extrêmement lisible. Dans sa livrée définitive, elle est pourvue d’une massive couronne qui se visse dans le sens contra-horaire — particularité qu’elle partage avec les modèles des deux générations suivantes. Les larges aiguilles « magnum » évoluent aussi légèrement (la matière lumineuse n’emplit plus la pointe) et la trotteuse adopte la forme lollipop. Quant au cadran, il comporte des index plus fins.

 

 

La lunette, tournante à soixante crans, est unidirectionnelle grâce à un système de crantage particulier.

Zoom

Le système de crantage de la lunette, commun à toutes les Grands-Fonds, se compose de deux petits fils ressorts pour le guidage et d’une petite lame qui permet le comptage des crans dans un sens et bloque la rotation dans l’autre. Comme l’indique Fanny1104 sur le forum ZRC, ce dispositif est « ingénieux car la réparation est possible en écartant doucement les fentes dans la carrure de la boîte pour replacer les pièces qui auraient pu être cassées ».

 

Le montage de la couronne, lui aussi commun à toutes les versions, fait lui aussi l’objet d’un astucieux système de ressort :

 

Sous le capot, c’est un mouvement Felsa 4000 qui fait battre le cœur de cet oiseau rare.

Homologuée par la Marine nationale, elle fait cependant l’objet d’observations constructives : la couronne positionnée à trois heures, notamment, est critiquée pour sa vulnérabilité et le fait que sa proéminence peut gêner les mouvements du poignet.

Le fruit des adaptations apportées par ZRC à ce premier modèle voit le jour en 1964 avec la Grands Fonds de la deuxième génération.

 

 

 

Deuxième génération : la star de la famille

 

La Grands Fonds 300 m type II se distingue donc en premier lieu par la position de la couronne vissée. Semblable à celle de la première version, elle est désormais située à six heures et reliée au boîtier par un canon taillé dans la masse qui en fait la seule montre conçue avec un boîtier entièrement monobloc.

ZRC Grands Fonds type II : canon taillé dans la masse.
ZRC Grands Fonds type II : canon taillé dans la masse.

Ce dernier est usiné dans un acier suédois spécialement traité. Le mouvement est en outre protégé par un cache-poussière assez enveloppant qui, réalisé en fer doux, le protège des champs magnétiques — exigence vitale pour les plongeurs démineurs. Cette pièce est tenue en place au moyen d’un disque d’acier courbé qui fait pression lorsque le fond de boîte est vissé.

p1140613

Enfin, ce qui confine au génie, l’anse articulée reliant le bracelet au boîtier ne peut prendre sa position normale que si la couronne est parfaitement vissée, ce qui écarte à 100 %  tout risque de négligence.

ZRC Grands Fonds 300m - Publicité 1

Le bracelet, justement, est doté de deux lames extensibles permettant de porter la montre sur une combinaison de plongée sans réglage particulier. Son système d’attache, également spécifique, fonctionne avec un dispositif sur pivot qui éloigne tout risque d’ouverture intempestive :

 

Les ZRC ont également été distribuées avec des bracelets en nylon, type perlon ou « G10 », cousus sur des pièces de bout adaptées :

ZRC

Dans la version type II-1, les aiguilles « magnum » sont reprises du premier modèle et dialoguent désormais avec des points de matière luminescente injectée dans un insert en acrylique.

ZRC

Côté mécanique, ZRC utilise toujours le FELSA 4000 mais la type II existe aussi désormais dans une version avec date, laquelle tourne avec un mouvement ETA 2452 (puis son successeur 2472 à date semi rapide).

Services rendus

Garde-temps de l’équipe de France de ski nautique, la ZRC Grands Fonds 300 mètres est également — et surtout — homologuée par la Marine nationale en 1964. C’est le service technique du commissariat de la Marine (STCM), membre du Bureau national de codification français (BNC) dépendant de l’OTAN, qui procède aux tests. Les étapes techniques et administratives franchies, des exemplaires sont affectés en dotation à l’école de plongée, le 3e groupe de plongeurs démineurs de Toulon et le fameux commando Marine du lieutenant Hubert — mais aussi la Marine nationale italienne et, bien sûr, des membres de l’équipage de la Calypso, qui firent beaucoup pour la notoriété de ZRC.
S’agissant des exemplaires de la Marine nationale, en l’absence de marquage spécifique et même de numéro de série militaire sur les montres, l’identification n’est possible qu’à la consultation des registres, et notamment de celui de l’arsenal de Toulon.

 

Troisième génération

La troisième génération de ZRC est en réalité une évolution du type II, que l’on appelle donc type II-2. Elle est la moins rare — quoiqu’elle le soit tout de même, tout spécialement en bon état !

Sur celle-ci, les caractéristiques fondamentales sont bien évidemment conservées, à commencer par le boîtier hexagonal et le bracelet breveté. La couronne, toujours vissée en sens contra-horaire, est désormais fendue afin de permettre, en cas de nécessité, l’utilisation d’un tournevis. La lunette crantée troque son insert en acrylique farci de points lumineux contre un insert en alliage avec un large triangle au tritium.

 

Perdues ou détériorées (elles étaient finalement aussi fragiles que les précédentes), ces lunettes ont souvent été remplacées, fautes de pièces d’origine disponibles sous la main, par des lunettes de la ZRC Spatiale (voir plus bas), légèrement incurvées et peintes en rouge sur le premier quart de cercle (ci-dessous, à gauche), voire par des lunettes de fabrication « artisanale » militaire (ci-dessous, à droite).

 

Des lunettes adaptées à la type II-2 furent rééditées il y a quelques années. Elles se distinguent par des traits plus épais et un graphisme des chiffres différent.

ZRC

Le dessin du cadran évolue également, ainsi que les aiguilles : adieu les gros chiffres et les larges « magnum », bonjour les points et les crayons, plus classiques.

ZRCZRC

La production de la Grands Fonds 300 m se poursuit jusqu’à l’orée des années 1970 et se terminera dans la cohabitation avec une montre dont émane un parfum de décadence : la ZRC 300 m Spatiale. Design outrancier, mouvement datographe mais qualités techniques en régression… l’engin paraît plus taillé pour la frime que pour la performance et si le modèle est extrêmement rare, il ne passionne pas autant les collectionneurs, si ce n’est pour le stock de lunettes, qui a dépanné plus d’un propriétaire de Grands Fonds !

323

 

2015 : la renaissance

Un demi siècle après l’apparition de la Grands Fonds « Marine nationale », Georges et Charles Brunet, arrière-petits-fils de Joseph Rochet, cofondateur avec Edmond Zuccolo, de Zuccolo-Rochet Compagnie, prennent les commandes de la société et décident de rééditer l’objet mythique. Ainsi naît une nouvelle Grands Fonds 300, lancée en 2015 avec un souci remarquable de valorisation de l’héritage esthétique et technique. Saluée par la communauté, cette nouvelle ZRC connaît depuis un succès commercial mérité — tout en restant un modèle très exclusif… L’histoire continue, sur les bords du lac d’Annecy, et c’est tant mieux !

Références

2 commentaires sur « ZRC Grands Fonds 300 m »

  1. Eh ben… ça fait un petit moment que je n’étais pas passé par là…

    Article très intéressant et bien fourni, comme d’habitude. Mais je ne craquerai pas. J’ai déjà des vues sur les Yema Superman. On ne peut pas être partout !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s