Eberhard Scafograf 200 réf. 11536 et la saga des Scafograf

Voici un modèle que je n’espérais pas trouver un jour… Je l’avais découverte, comme sans doute quelques autres collectionneurs, au travers de la revue publiée par Matts sur le forum Montres mécaniques. Une montre de plongée « primitive » comme il les affectionne, mais pas comme les autres : avec 39 mm de diamètre, un cadran incroyable, une carrière confidentielle et l’extrême rareté qui en découle, la Scafograf 200 réunissait tous les ingrédients des montres « Graal ». Maintenant qu’elle est là, elle mérite bien une revue et même un peu plus que ça.

Lire la suite de « Eberhard Scafograf 200 réf. 11536 et la saga des Scafograf »

Helios « DH », cal. P300

Dans les « familles » de montres militaires de la Seconde guerre mondiale, les plus connues sont sans doute les W.W.W., autrement appelées Dirty Dozen, ou encore les A.T.P. de l’armée britannique. Pour des raisons évidentes, les Dienstuhren de l’armée allemande ont moins bonne presse. En voici une représentante : l’Helios « DH ».

Lire la suite de « Helios « DH », cal. P300″

Titus Calypsomatic 8895 et 8940 : nouvelle génération

Les références 8895 et 8940 marquent l’évolution ultime de la Calypsomatic : nouveau boîtier, verre minéral : la Titus adopte le style extrême-oriental des seventies.

Lire la suite de « Titus Calypsomatic 8895 et 8940 : nouvelle génération »

Titus Calypsomatic 7985 : une vraie « big crown » sans descendance

On pourrait presque la qualifier de « hors série »… La Titus Calypsomatic réf. 7985 est, nonobstant la réf. 3552 apparue en dernier pour « finir les stocks », la dernière des Calypsomatic à utiliser une variante du boîtier à cornes percées. Ce n’est pas la moindre de ses particularités…

Lire la suite de « Titus Calypsomatic 7985 : une vraie « big crown » sans descendance »

Elgé, Brabo, Santra, Mitchell… la filière savoisienne

Tout est parti d’une montre dont j’ai fait l’acquisition pour sa simplicité et sa merveilleuse patine : Une Brabo dotée d’un mystérieux mouvement mécanique à remontage manuel. Boîtier acier, fond vissé garanti « étanche »…

Lire la suite de « Elgé, Brabo, Santra, Mitchell… la filière savoisienne »

Chronographes à cadran décimal : 2. Les autres marques

Si Meylan tient le haut du pavé sur le marché du chronographe décimal, comme nous l’avons vu dans la première partie de cet article, ce n’est pas la seule marque à avoir proposé de tels instruments. Voici quelques exemples… de B à Z !

Lire la suite de « Chronographes à cadran décimal : 2. Les autres marques »

Chronographes à cadran décimal : 1. La saga des chronos Meylan

Nous avions abordé, dans un précédent article, les différents types d’échelles présents sur les montres : tachymétrique, pulsométrique, télémétrique, etc. Parmi elles, l’échelle décimale est des plus rares et des Plus insolites. L’arrivée d’un chronographe Meylan nous a fourni l’occasion de creuser un peu la question.

Lire la suite de « Chronographes à cadran décimal : 1. La saga des chronos Meylan »

Chronomaster Aviator Sea Diver : 4. Les Landeron 248

Après avoir abordé les versions composant la première et la deuxième génération de Chronomaster Aviator Sea Diver, voici une déclinaison un peu particulière : des Croton CASD produites avec un mouvement Landeron 248.

Lire la suite de « Chronomaster Aviator Sea Diver : 4. Les Landeron 248 »

W.W.W. Dirty Dozen : la Record

Parmi les douze W.W.W., la Record a la particularité d’être… loin des records ! Pour autant, elle affiche un diamètre très respectable, un superbe cadran laqué et elle est encore relativement facile à trouver compte tenu de sa production importante. Sans doute la plus abordable des Dirty Dozen, c’est une parfaite entrée en matière.

Lire la suite de « W.W.W. Dirty Dozen : la Record »

W.W.W. Dirty Dozen : la Timor

Timor fait partie des marques les plus confidentielles de cette série de douze. Sans doute est-ce même la plus obscure… Dédaignée, elle n’est pourtant ni la plus courante, ni la moins désirable. C’est du moins ce que nous allons tenter de montrer ici !

Lire la suite de « W.W.W. Dirty Dozen : la Timor »