Yema lance officiellement le premier modèle de sa gamme Heritage : la Superman

On en sait plus sur la nouvelle gamme Heritage de Yema : avec le lancement aujourd’hui des pré-commandes de la Superman Heritage, la marque française en a profité pour détailler ce nouveau modèle (très très fidèle à celui d’origine) et lever un coin de voile sur les trois chronographes qui vont suivre dans les mois à venir…

Lire la suite de « Yema lance officiellement le premier modèle de sa gamme Heritage : la Superman »

Noodia Book : livre-hommage à un grand collectionneur

Voilà déjà bientôt deux ans que Laurent « Noodia » est parti sous des cieux où les montres sont inutiles à mesurer le temps. Ses proches et ses amis ont souhaité, par un livre, rendre l’hommage que méritait le collectionneur précurseur et l’homme délicieux qu’il était. L’ouvrage est en pré-commande sur le site de son éditeur.

Lire la suite de « Noodia Book : livre-hommage à un grand collectionneur »

24-25 mars 2018 : XVe Bourse horlogère de Mer

Rendez-vous annuel des fondus d’horlogerie ancienne, la Bourse horlogère de Mer aura lieu, cette année, les 24 et 25 mars, toujours à la Halle aux grains de la bonne ville de Mer (Loir-et-Cher).

Au programme : des dizaines d’exposants et des milliers de visiteurs, une ambiance plus que conviviale et l’occasion de dénicher la pièce de vos rêves mais aussi d’en savoir plus sur l’histoire et les techniques horlogères.

En savoir plus : http://www.bourse-horlogere.fr

Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, la Bourse horlogère de Mer (Loir-et-Cher) a été fondée en 2004. Elle est aujourd’hui devenue le plus grand rendez-vous d’horlogerie ancienne en France avec ses 75 exposants et ses 1 500 visiteurs. C’est un groupe d’amis de la région Centre, tous adhérents de l’Association française des amateurs d’horlogerie ancienne (AFAHA), qui a fondé la réputation de cette manifestation organisée avec succès chaque année.

Infos pratiques
  • Où ? Halle aux Grains à Mer (41). Accessible facilement en voiture et en train.
  • Quand ?  Samedi 24 mars de 14:00 à 19:00 et dimanche 25 mars de 10:00 à 17:30.
  • Combien ? Entrée 3 € / gratuite pour les étudiants et les moins de seize ans.
  • Contact : 02.54.81.70.91 / www.bourse-horlogere.frwww.afaha.com

The Speedmaster Chronicles #1 – James H. Ragan, The Man Responsible for the « Moonwatch »

Dans cette vidéo mise en ligne par le site Monochrome-watches.com, James H. Ragan, qui n’est autre que l’homme qui, à la NASA, supervisa les tests effectués sur les chronographes candidats à l’accréditation pour les missions Apollo. Brisant quelques idées reçues, « Jim » raconte pourquoi et comment le chronographe Speedmaster fut le seul à passer l’ensemble des tests avec succès pour devenir, quelques années plus tard, la fameuse Moonwatch. Dix minutes rares et passionnantes !

Cette vidéo est la première d’une série de cinq consacrées à l’Omega Speedmaster.

  1. James H. Ragan, l’homme qui a fait du Speedmaster la « Moonwatch »
  2. Robert-Jan Broer, « Mister Speedy Tuesday »
  3. @vintagewatchzilla, collectionneur
  4. Aurel Bacs, commissaire-priseur chez Phillips Watches

Baltic Bicompax 001

Chouette, une nouvelle marque horlogère française ! Chouette, une marque qui propose des modèles néo-vintage de qualité, au design réussi ! Chouette, j’ai reçu le chronographe Baltic Bicompax 001 pour en parler « montre en main »…

Lire la suite de « Baltic Bicompax 001 »

BaselWorld 2017 : l’œil dans le rétro

Si votre blog préféré s’est enflammé, il y a quelques jours, suite à la présentation par Omega d’une fantastique réédition, soixante ans plus tard, de la trilogie de 1957, ce n’est pas le seul exemple offert l’industrie horlogère cette année à la foire de Bâle (BaselWorld).

Lire la suite de « BaselWorld 2017 : l’œil dans le rétro »

Omega ressuscite la trilogie de 1957

Je vois d’ici les commentaires acerbes sur ces trois modèles, commentaires que l’on réserve aux interprétations et pseudo-rééditions contemporaines des montres qui nous font tous rêver. Tudor, Heuer, Oris, Omega, Longines, Zenith… la liste en est longue, de nous jours, comme si les clients des grandes marques avaient réussi à faire comprendre à ces dernières que les codes du design posés dans les années 1950 et 1960 imposaient encore aujourd’hui l’évidence de leur perfection.

On ne compte donc plus les exercices de reproduction, ou plutôt de ré-interprétation. Les maisons horlogères, avec un plus ou moins de bonheur, proposent des modèles qui, évoquent-ils l’héritage ou l’hommage, ne riment pas vraiment avec vintage. Diamètre agrandi, cornes épaissies, proportions trahies, cocktails douteux de plusieurs modèles : la réussite n’est pas toujours au rendez-vous. L’argument est toujours le même : quel intérêt y aurait-il à proposer la même montre, quarante ou cinquante ans plus tard ?

La réponse, Omega nous la donne aujourd’hui : simplement parce que c’est la plus belle, parce qu’elle n’est aujourd’hui accessible qu’à quelques rarissimes chanceux et fortunés, parce qu’elle fait encore rêver des quantités d’amateurs et en amène d’autres, chaque jour, à découvrir, apprécier puis chérir le patrimoine horloger.

Honnêtement, quitte à braver les insultes, j’ose donc affirmer, sous réserve de les voir en vrai, que la trilogie présentée par Omega hier à la foire de Bâle, Speedmaster, Seamaster 300, Railmaster, a tout d’un hommage qui, loin de détourner des originaux, en rapproche au contraire. Un coup marketing, bien sûr, mais un coup réussi.

 

Références

25-26 mars : XIVe Bourse horlogère de Mer

Au programme de cette année : 75 exposants, des porte-montres du XVIIIe siècle, des horloges populaires du musée Georges-Lemoine et une création horlogère du lycée Diderot en hommage au cinquantenaire de la SNSM. Sans parler de l’ambiance unique de cette fête annuelle des amateurs d’horlogerie ancienne !

Lire la suite de « 25-26 mars : XIVe Bourse horlogère de Mer »

Heuer vintage : vente majeure en novembre 2017

La maison de ventes Phillips a annoncé, cette semaine, la tenue à Genève, le 11 novembre prochain, d’une vente exceptionnelle pour les amateurs de montres anciennes et tout spécialement pour les inconditionnels des œuvres de Jack Heuer…

Annoncée sur Instagram, cette vente rassemble les trésors de la collection de Richard Crosthwaite et Paul Gavin, deux figures majeures dans ce milieu très exclusif, qui proposent à cette occasion quarante-neuf des plus rares et beaux exemplaires de chronographes Heuer commercialisés entre 1962 et 1982.

Résidant au Royaume-Uni, Richard Crosthwaite et Paul Gavin, complices depuis une dizaine d’années dans la passion pour les chronographes Heuer (entre autres), ont publié deux livres aujourd’hui considérés comme des références : Heuer Monaco, Design Classic et Heuer Autavia Chronographs 1962-85.  Un troisième ouvrage, annoncé pour le printemps 2017, portera sur les Carrera.

Certains des modèles représentés dans ces publications seront présentés aux enchères.

Parmi les trésors annoncés :

  • Chronographes Monaco réf. 1133B « Steve McQueen » ; réf. 74033N « Dark Lord » (1975).
  • Chronographes Autavia réf. 2446 (première version de 1962, avec ses papiers d’origine) ; réf. 1163T « Siffert Chronomatic » (1969, set complet quasiment NOS) ; réf. 2446 « Seafarer » (première version de 1963 badgée Abercrombie & Fitch, connue à trois exemplaires dans le monde).
  • Chronographe Carrera réf. 2447S « Yachting » avec un cadran à la patine exceptionnelle.

Amis lecteurs, ne vous emballez pas pour autant en consultant le niveau de votre plan épargne logement : le ticket d’entrée pour les modèles présentés se situera vraisemblablement au-delà de 20 000 euros pour les pièces les plus « banales », et sans doute dix fois plus pour les plus exceptionnelles… Spectacle en soi, cette vente Heuer constituera en tout cas un épisode intéressant de la rivalité entre les stars de l’horlogerie vintage !

Références