Forstner vs. Uncle Seiko : le match des bracelets style Flat-link pour votre Omega vintage

Quasiment coup sur coup, deux fabricants de bracelets acier ont lancé leur reproduction du fameux « flat links » produit originellement par JB Champion pour Omega. Avec la précieuse contribution et les photos Ronan S., qui a les deux modèles en main, nous nous sommes livrés à un petit comparatif.
Lire la suite de « Forstner vs. Uncle Seiko : le match des bracelets style Flat-link pour votre Omega vintage »

Omega Seamaster 300 : le mystère de la lunette bleue éclairci

Cela ressemble au titre d’un album de Blake et Mortimer mais c’est pourtant bien d’horlogerie qu’il s’agit.
Lire la suite de « Omega Seamaster 300 : le mystère de la lunette bleue éclairci »

Chronographe TPS : la Roue se réinvente

Vous savez sans doute, cher lecteur, que je suis essentiellement un « vintage guy » et plutôt porté vers les montres de plongée des décennies 1950-1960. C’est dire que la rencontre avec un chronographe contemporain inspiré des Seventies était a priori improbable. Pourtant, l’attractivité de la Roue TPS (Tachymeter & Pulsometer Scales) a été telle que j’en ai fait l’acquisition. ça tourne.

Lire la suite de « Chronographe TPS : la Roue se réinvente »

Omega Speedmaster ST 105.003 et ST 105.012 : de la Spacewatch à la Moonwatch

Dans la première moitié des années 1960, Deux références de l’Omega Speedmaster sont sorties à peu près en même temps et ont cohabité pendant plusieurs années : la ST 105.003, dite « Ed White », et la ST 105.012-65. Ces deux modèles n’ont pas seulement en commun un formidable mouvement ; elles ont chacune une part éminente dans l’histoire de la conquête spatiale.

Lire la suite de « Omega Speedmaster ST 105.003 et ST 105.012 : de la Spacewatch à la Moonwatch »

Gruen Precision Autowind Waterproof, dite « Ocean Chief », cal. 560 RSS

Vous savez, cher lecteur, qu’on aime ici s’aventurer hors des terrains trop labourés pour découvrir des montres souvent plus rares et originales que les grands classiques aussi inaccessibles que banalisés. Cette fois, c’est une marque au nom un peu bizarre, Gruen, qui se trouve à l’honneur avec une plongeuse dont la personnalité n’est pas sans furieusement évoquer deux monstres sacrés : la Blancpain Fifty Fathoms et la Breitling Super Ocean…

Lire la suite de « Gruen Precision Autowind Waterproof, dite « Ocean Chief », cal. 560 RSS »

Helvetia et les Fliegeruhren des années 1930

Quels ressorts animent les collectionneurs ? Généralement un mélange de syllogomanie (obsession de l’accumulation), de curiosité compulsive, de plaisir de la quête impossible, de poursuite du rêve encyclopédique… et puis de la joie de rencontrer des gens partageant les mêmes névroses ! Mon ami Benjamin « Lucchese » coche à peu près toutes les cases et c’est donc grâce à ces « névroses » que je peux vous faire découvrir ici cette réunion improbable de montres de pilotes (Fliegeruhren) de la marque Helvetia…

Lire la suite de « Helvetia et les Fliegeruhren des années 1930 »

Les Omega Seamaster 300 et Eberhard Scafograf 300 des années 1960 partagent-elles le même boîtier ?

Souvent présentées comme cousines, l’Omega Seamaster 300 et l’Eberhard Scafograf 300 sont même prises parfois pour des jumelles hétérozygotes. La vérité est ailleurs…

Lire la suite de « Les Omega Seamaster 300 et Eberhard Scafograf 300 des années 1960 partagent-elles le même boîtier ? »

Lip Genève : quand la manufacture française flirtait avec Breitling

Dans les années 1960, la maison Lip était le septième horloger mondial. Réputée pour la fiabilité de ses mouvements et la qualité d’assemblage des modèles, la marque française était alors aussi pionnière dans le développement de mouvements électromécaniques et se portait au poignet du Président de la République… EN 1959, Au faîte de sa gloire, Lip décide de mettre un pied en Suisse et établit une filiale à Genève, d’où sortiront quelques modèles haut-de-gamme dont cet oiseau rare : un grand chronographe Lip Genève à cadran « pingouin ».

Lire la suite de « Lip Genève : quand la manufacture française flirtait avec Breitling »

Chronomaster Only : cinquante nuances de CASD…

Anthony Marquié et Grégoire Rossier : Si Ces noms vous disent quelque-chose, c’est Sans doute parce qu’ils sont les auteurs de deux ouvrages de référence que les fans des chronographes Omega ne peuvent ignorer. Voici qu’ils récidivent en cette fin 2018 avec un troisième opus consacré, cette fois, à la grande famille des Nivada-Croton Chronomaster Aviator Sea Diver. En tant que fan de ces chronographes, je ne pouvais que m’en réjouir… En plus, les auteurs ont accepté de dire quelques mots de l’ouvrage et de leurs futurs projets.

Lire la suite de « Chronomaster Only : cinquante nuances de CASD… »

Eberhard Scafograf 200 réf. 11536 et la saga des Scafograf

Voici un modèle que je n’espérais pas trouver un jour… Je l’avais découverte, comme sans doute quelques autres collectionneurs, au travers de la revue publiée par Matts sur le forum Montres mécaniques. Une montre de plongée « primitive » comme il les affectionne, mais pas comme les autres : avec 39 mm de diamètre, un cadran incroyable, une carrière confidentielle et l’extrême rareté qui en découle, la Scafograf 200 réunissait tous les ingrédients des montres « Graal ». Maintenant qu’elle est là, elle mérite bien une revue et même un peu plus que ça.

Lire la suite de « Eberhard Scafograf 200 réf. 11536 et la saga des Scafograf »