Longines « MN » réf. 5774 : dans l’ombre des stars

Nombreuses sont les marques horlogères à avoir fourni la Marine nationale. Tudor, bien sûr, vient en premier à l’esprit, avec Blancpain, Triton, ZRC… Peu de gens savent que Longines a fait aussi partie de la liste, à la fin des années 1940, avec une jolie montre étanche apparue sous la référence 5774 et restée dans les mémoires sous le simple nom de Longines « MN ».

Mille neuf cent quarante-cinq. La Seconde Guerre mondiale est terminée mais les armées des nations meurtries vont rester fortement sollicitées pendant des années après l’Armistice. Le conflit a rebattu les cartes sur l’ensemble du globe et provoqué de nombreuses tensions, en particulier dans des colonies voyant dans la déchéance morale de l’Occident la raison ultime de ne plus vouloir subir son joug.

Ainsi l’armée française, humiliée en 1940 mais, grâce au génie politique du général de Gaulle et au courage des héros de la France libre, auréolée en 1945 d’une part de la gloire des Alliés victorieux, se trouve bientôt engagée sur de nouveaux théâtres d’opérations. Les besoins en hommes et en équipements ne faiblissent pas et les prises de guerre ne sont pas nécessairement suffisantes ou adaptées pour couvrir les besoins.

Qu’on ne se méprenne pas pour autant : la montre que nous présentons aujourd’hui n’est pas un de ces modèles qu’on appellerait aujourd’hui « tactiques », c’est-à-dire conçus pour les opérations d’infanterie de marine voire pour la plongée de reconnaissance ou de combat. Pas du tout. Destinée aux officiers de marine, elle devait cependant supporter l’humidité, résister aux chocs, être lisible, fiable et d’une précision sans faille. C’est ainsi, sur un cahier des charges grosso modo bâti autour des ces critères, que la Marine nationale passe donc commande à la manufacture Longines d’une montre à cadran et aiguilles lumineuses, boîtier acier, fond acier vissé.

Voici donc la Longines réf. 5774 (celle-ci n’est pas indiquée sur la montre elle-même), produite à quelques milliers d’exemplaires (entre 3 000 et 4 000) et livrés en trois lots entre 1946 et 1948.

LHC : 33,2 mm. LCC : 36,2 mm. LHT : 42,0 mm. EC : 17 mm. EHT : 11,4 mm.

D’un diamètre de 33,2 mm hors couronne, cette montre se situe dans les normes de l’époque. Ces dimensions réduites, du moins selon les standards actuels, ne la rendent pas pour autant incongrue sur un poignet du XXIe siècle, si tant est qu’il soit fin… grâce notamment à ses cornes étirées qui lui permettent d’atteindre 42 mm de longueur.

LONGINES réf. 5774, type « MN », 1948.

Le boîtier et le fond sont en acier inox. Côté pile, il présente une légère marche (« step ») du meilleur effet et des lignes très en accord avec le style Longines de l’époque, avec ses cornes tendues. La comparaison avec une Longines W.W.W., fournie en 1945 à l’armée britannique, illustre bien ces caractéristiques :

LONGINES

LONGINES

Voir aussi

W.W.W. Dirty Dozen : la Longines, dite à tort « Greenlander »

Le cadran, très classique pour une montre militaire, est originellement crème mais aujourd’hui à peu près introuvable en état d’origine. Avec le temps, il a généralement pris une patine jaunâtre, rosée, voire orange.

LONGINES réf. 1574 « MN », 1948.

Les gros chiffres remplis de radium, qui se détachent très visiblement, éclipsent un peu la graduation extérieure sur 60 minutes. Au centre, à douze heures, apparaît la marque LONGINES surmontant la mention FAB. SUISSE. Cette dernière était réservée aux produits dont la marque était à consonance française, afin de bien indiquer à l’acheteur qu’il s’agissait d’un produit d’importation. Il ne s’agissait donc pas, pour Longines (et bien d’autres marques), de vanter de manière ostentatoire l’origine et la qualité suisse de ses montres mais bien plutôt de respecter une législation française légèrement protectionniste… Faute de place pour écrire lisiblement « Fabriqué en Suisse », l’administration des douanes tolère alors de contracter la mention comme nous le voyons sur ce cadran :

Marque « Fab. suisse »

Les exportateurs sont rendus attentifs aux décisions qui ont été prises par l’Administration des douanes françaises, concernant l’apposition du correctif d’indication d’origine pour les produits horlogers. Le correctif « fab. suisse » doit être apposé, toutes les fois que la place existe, aussi près que possible de la marque elle-même, à côté ou immédiatement au-dessous ou au-dessus. Seules les petites pièces, où un manque de place empêche d’apposer le correctif conformément aux décisions ci-dessus, pourront le porter au-dessous de 6 heures.

En vue d’éviter des difficultés et voir des colis refoulés, les exportateurs voudront bien se conformer aux indications ci-dessus.

Source : Douanes, 1936 (retrouvé par Nickd et publié ici).

Selon l’excellent travail de recensement publié par Ed the Grocer, le bloc LONGINES FAB. SUISSE existerait sous trois formes différentes, l’hypothèse étant, si elles sont toutes légitimes, que chacune corresponde à l’un des trois lots.

Le fond vissé est paré de plusieurs mentions caractéristiques. Au recto, MN (pour Marine nationale, bien sûr) et un numéro de série militaire (de un à quatre chiffres) que l’on retrouve sur l’une des cornes (comme sur les Longines W.W.W.) ; au verso du fond de boîte, on trouve gravées les mentions FAB. SUISSE, LONGINES, le numéro de commande de boîtier (référence Longines), de nouveau le numéro de série MN et enfin la mention ACIER INOX.

LONGINES

À l’intérieur, inséré dans un cerclage, le mouvement, signé LONGINES, est connu sous la référence 12.68 N. Apparu en 1938, ce mouvement de douze lignes oscille à 18 000 A/h et tient 41 heures en  marche. Sur cette version modifiée, on y trouve le précieux numéro de série de la manufacture qui, grâce à leur remarquable service d’archives, permet de tout savoir sur sa production et sa distribution, ainsi qu’une marque M (spécificité des modèles Marine nationale) et un antichoc renforcé.

Numéro MN Numéro Longines Date de vente à Longines France
2202 23608 8 novembre 1947
5774 23738 15 octobre 1948
Un livre sur les montres de la Marine nationale

Les lecteurs du livre que Watchistry a consacré à sa collection de montre de la Marine nationale (disponible ici) y retrouveront la Longines MN :

LONGINES réf. 5774, type « MN », 1948.
Références
  • Forum-mdp.com. [fr] Discussion à propos de la Longines MN.
  • Chronomania. [fr] Remarquable compilation des recherches effectuées par Ed the Grocer sur la Longines MN, complétées par Stiocour.
  • Forumamontres. [fr] Présentation d’un superbe exemplaire par St Ex 2/33.
  • Forumamontres. [fr] Présentation d’un exemplaire (Samos) et discussion sur les marquages.
  • Chronomania. [fr] Un très bel exemplaire vendu sur le CDA en 2015.
  • Watchprosite.com. [en] Présentation de la Longines MN par Amanico. La suite ici.
  • Mymilitaria.it. [it] Exemplaire dans un exceptionnel état de conservation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.