Omega Speedmaster ST 105.003 et ST 105.012 : de la Spacewatch à la Moonwatch

Dans la première moitié des années 1960, Deux références de l’Omega Speedmaster sont sorties à peu près en même temps et ont cohabité pendant plusieurs années : la ST 105.003, dite « Ed White », et la ST 105.012-65. Ces deux modèles n’ont pas seulement en commun un formidable mouvement ; elles ont chacune une part éminente dans l’histoire de la conquête spatiale.

Lire la suite de « Omega Speedmaster ST 105.003 et ST 105.012 : de la Spacewatch à la Moonwatch »

Le Mans 66 : des choix horlogers de cœur plus que de rigueur…

Moment de jouissance pour les amateurs vieilles voitures sportives, ce film fait pointer au moins deux beaux anachronismes horlogers pour les amateurs de vieux chronographes sportifs…

Lire la suite de « Le Mans 66 : des choix horlogers de cœur plus que de rigueur… »

Gruen Precision Autowind Waterproof, dite « Ocean Chief », cal. 560 RSS

Vous savez, cher lecteur, qu’on aime ici s’aventurer hors des terrains trop labourés pour découvrir des montres souvent plus rares et originales que les grands classiques aussi inaccessibles que banalisés. Cette fois, c’est une marque au nom un peu bizarre, Gruen, qui se trouve à l’honneur avec une plongeuse dont la personnalité n’est pas sans furieusement évoquer deux monstres sacrés : la Blancpain Fifty Fathoms et la Breitling Super Ocean…

Lire la suite de « Gruen Precision Autowind Waterproof, dite « Ocean Chief », cal. 560 RSS »

Zenith réf. A277 : il ne lui manque qu’une star…

Entre les Rolex Daytona, Omega Speedmaster et Heuer Autavia, le marché des chronographes sportifs est bien occupé à la fin des années 1960. Dans le radar des collectionneurs, ces trois modèles occupent les places d’honneur, occasionnellement concurrencés par Universal Genève, Girard Perregaux ou Mathey Tissot. Zenith, avant l’apparition du calibre El Primero qui reste en mémoire comme le premier mouvement de chronographe automatique, avait pourtant largement de quoi se défendre avec son A277.

Lire la suite de « Zenith réf. A277 : il ne lui manque qu’une star… »

Théorie de l’évolution…

Trois montres de pilotes, trois époques… et une forme de filiation entre chacune. Revue rapide de la Titus Fliegeruhr Aero, de l’Hanhart cal. 40 et de la Vixa Type 20.

Lire la suite de « Théorie de l’évolution… »

L’Eberhard Scafograf 300 réf. 26013 et ses deux cousines cachées, Doxa et Juvenia

Ayant eu la chance de présenter, il y a quelques mois, la saga deS Eberhard Scafograf, surtout centrée sur la « 200 », nous revenons aujourd’hui avec la Scafograf 300 réf. 26013 et deux proches cousines méconnues : la Doxa Sharkhunter et la Juvenia 21.

Lire la suite de « L’Eberhard Scafograf 300 réf. 26013 et ses deux cousines cachées, Doxa et Juvenia »

Les Omega Seamaster 300 et Eberhard Scafograf 300 des années 1960 partagent-elles le même boîtier ?

Souvent présentées comme cousines, l’Omega Seamaster 300 et l’Eberhard Scafograf 300 sont même prises parfois pour des jumelles hétérozygotes. La vérité est ailleurs…

Lire la suite de « Les Omega Seamaster 300 et Eberhard Scafograf 300 des années 1960 partagent-elles le même boîtier ? »

Lip Genève : quand la manufacture française flirtait avec Breitling

Dans les années 1960, la maison Lip était le septième horloger mondial. Réputée pour la fiabilité de ses mouvements et la qualité d’assemblage des modèles, la marque française était alors aussi pionnière dans le développement de mouvements électromécaniques et se portait au poignet du Président de la République… EN 1959, Au faîte de sa gloire, Lip décide de mettre un pied en Suisse et établit une filiale à Genève, d’où sortiront quelques modèles haut-de-gamme dont cet oiseau rare : un grand chronographe Lip Genève à cadran « pingouin ».

Lire la suite de « Lip Genève : quand la manufacture française flirtait avec Breitling »

Les chronographes 4 ATM dans tous leurs états

Connus surtout par la version réalisée pour Jaeger, les « 4 ATM », avec leurs trois compteurs, leur grand diamètre et leur large lunette figurent parmi les plus beaux chronographes de type « pilote » qui soient. Réalisés par la maison française Dodane, ils restent pourtant entourés d’un certain mystère.

Lire la suite de « Les chronographes 4 ATM dans tous leurs états »

Titus Calypsomatic : les cadrans

De la 5913 à la 3552, pas moins de neuf références ont rythmé la carrière de cette montre de plongée entre 1962 et 1978. Chronographes.net les a toutes passées toutes en revue. Pour s’y retrouver plus facilement, les principales caractéristiques font désormais l’objet d’une typologie. Première partie : les cadrans.

Lire la suite de « Titus Calypsomatic : les cadrans »