Silvana Waikiki

Qui entend Waikiki songe à un parc d’attraction du nord de la France (à tort) ou bien à une plage de Hawaï mythique pour les surfeurs (à raison). Quelques rares malades auront à l’esprit une micro-gamme de montres de plongée des années 1960, dont voici un exemple.

Lire la suite de « Silvana Waikiki »

ZRC Grands Fonds 300 m

Comment une petite manufacture de Haute-Savoie a-t-elle réussi à produire, pendant vingt-cinq ans, des montres de plongée d’une  qualité remarquable, dont la réputation a fait le tour du monde et qui ont équipé, notamment, la Marine nationale, les Pompiers de Paris et, paraît-il, l’équipe de France de ski nautique ?

Lire la suite de « ZRC Grands Fonds 300 m »

Titus Calypsomatic 7986

Avec la 7986, la Titus Calypsomatic parvient à maturité. C’est la référence qui, tout en étant l’une des moins rares, est sans doute la plus désirable. Mais attention : elle se décline elle-même en plusieurs versions…

Lire la suite de « Titus Calypsomatic 7986 »

Vous avez dit : « Baby Panerai » ?

Dans l’histoire des montres de plongée, la conquête des grandes profondeurs franchit une étape importante en 1963. Parmi les pionnières : de « petites » montres à la physionomie particulière mais savamment conçues, aujourd’hui surnommées « Baby Panerai » par les collectionneurs.

Lire la suite de « Vous avez dit : « Baby Panerai » ? »

Zenith A3630

Si je vous parle de Zenith, qu’est-ce qui vous vient à l’esprit, spontanément ? Probablement le chronographe El Primero. Peut-être aussi, dans un deuxième temps, une montre automatique « civile » et élégante que portait votre grand-père ou un chronographe Cairelli… Il y a peu de chances, en revanche, qu’apparaisse l’image d’une montre de plongée. Et pourtant, l’A3630 est là pour démontrer que Zenith a aussi produit quelques plongeuses dignes qu’on s’en souvienne.

Lire la suite de « Zenith A3630 »

BaselWorld 2017 : l’œil dans le rétro

Si votre blog préféré s’est enflammé, il y a quelques jours, suite à la présentation par Omega d’une fantastique réédition, soixante ans plus tard, de la trilogie de 1957, ce n’est pas le seul exemple offert l’industrie horlogère cette année à la foire de Bâle (BaselWorld).

Lire la suite de « BaselWorld 2017 : l’œil dans le rétro »

Heuer vintage : vente majeure en novembre 2017

La maison de ventes Phillips a annoncé, cette semaine, la tenue à Genève, le 11 novembre prochain, d’une vente exceptionnelle pour les amateurs de montres anciennes et tout spécialement pour les inconditionnels des œuvres de Jack Heuer…

Annoncée sur Instagram, cette vente rassemble les trésors de la collection de Richard Crosthwaite et Paul Gavin, deux figures majeures dans ce milieu très exclusif, qui proposent à cette occasion quarante-neuf des plus rares et beaux exemplaires de chronographes Heuer commercialisés entre 1962 et 1982.

Résidant au Royaume-Uni, Richard Crosthwaite et Paul Gavin, complices depuis une dizaine d’années dans la passion pour les chronographes Heuer (entre autres), ont publié deux livres aujourd’hui considérés comme des références : Heuer Monaco, Design Classic et Heuer Autavia Chronographs 1962-85.  Un troisième ouvrage, annoncé pour le printemps 2017, portera sur les Carrera.

Certains des modèles représentés dans ces publications seront présentés aux enchères.

Parmi les trésors annoncés :

  • Chronographes Monaco réf. 1133B « Steve McQueen » ; réf. 74033N « Dark Lord » (1975).
  • Chronographes Autavia réf. 2446 (première version de 1962, avec ses papiers d’origine) ; réf. 1163T « Siffert Chronomatic » (1969, set complet quasiment NOS) ; réf. 2446 « Seafarer » (première version de 1963 badgée Abercrombie & Fitch, connue à trois exemplaires dans le monde).
  • Chronographe Carrera réf. 2447S « Yachting » avec un cadran à la patine exceptionnelle.

Amis lecteurs, ne vous emballez pas pour autant en consultant le niveau de votre plan épargne logement : le ticket d’entrée pour les modèles présentés se situera vraisemblablement au-delà de 20 000 euros pour les pièces les plus « banales », et sans doute dix fois plus pour les plus exceptionnelles… Spectacle en soi, cette vente Heuer constituera en tout cas un épisode intéressant de la rivalité entre les stars de l’horlogerie vintage !

Références

Chronographe Enicar 2342 : Arlequin chez Racine…

Étrangement, le caractère si attachant de la marque Enicar a mis du temps à être reconnu. Elle nous a pourtant offert des modèles toniques, sans jamais sacrifier l’élégance à la fantaisie. En voici un bel exemple avec ce chronographe de la fin des années 1960.

Lire la suite de « Chronographe Enicar 2342 : Arlequin chez Racine… »

Heuer Autavia 2446, première version, état parfait. À saisir.

Événement dans les hautes sphères de la montre vintage : le site Rarebirds.de vient de mettre en vente un exemplaire parfait de la sublime et rarissime Autavia 2446 première version, avec ses aiguilles dauphine recouvertes de radium, ses grands compteurs blancs et tout et tout. Bref, celle qu’on aurait aimé voir rééditée par Heuer à la place de ce qu’ils nous préparent pour le mois de mars… La 250 GTO de l’horlogerie. La Graal absolu.

autavia_front

La mise en vente est bien sûr annoncée partout : Hodinkee y consacre une page, Chronocentric héberge l’annonce et Jeff Stein, gardien du temple Heuer, ne cache pas son excitation extrême.

Petite précision à son sujet, d’ailleurs : lui qui en a déjà une est une des seules personnes au monde qui n’ont pas le droit de l’acheter. Cher lecteur, si vous n’êtes pas Jeff Stein et si vous avez un compte en banque bien rempli, c’est votre chance… Go go GO !

Oups, il est déjà trop tard : le temps d’écrire des quelques lignes en quatrième vitesse et la montre est réservée…