ZRC Grands-Fonds 300 m Série 2 : la star de la famille

Aiguillé par les retours d’expérience récoltés lors de la conception et suite aux premières utilisations de la Grands-Fonds 300 M Série 1, ZRC s’engage un cran plus loin dans la recherche d’un design qui garantira aux plongeurs de disposer de l’outil idéal. La Série 2 constitue l’aboutissement de ces développements.

S’il y a un élément fondamental à avoir en tête quand on se penche sur l’histoire des ZRC Grands-Fonds 300 m, c’est la spécificité de l’approche. Réussissant fort bien sur son métier d’origine, les bracelets, ZRC n’ambitionne pas la conquête du marché mondial de la montre de plongée et ne souhaite même pas créer un banal modèle de skin diver comme il en existe déjà tellement. Les concepteurs de la Grands-Fonds entendent proposer non pas un « produit de consommation » ou un « accessoire à la mode » mais un véritable outil de travail — pour ne pas dire de survie — en milieu subaquatique. Rappelons que, autour d’eux, gravitent non pas des experts en marketing mais des plongeurs professionnels et militaires.

Autant dire que, dans la conception de ces modèles, rien n’est gratuit, rien n’est superflu, rien n’est laissé au hasard.

La Grands-Fonds 300 m Série 2 est donc le fruit de développements techniques et d’aménagements réalisés à l’écoute de l’expérience acquise avec la Série 1. Cette dernière, déjà remarquable sur la plupart des critères courants d’appréciation d’une montre de plongée (lisibilité, précision, robustesse, fiabilité), a tout de même suscité quelques pistes d’amélioration. La plus notable concerne la couronne de remontoir.

Une couronne efficace comme jamais

Astucieusement conçue, la couronne vissée de la Série 1 avait, à l’usage, un défaut partagé avec un très grand nombre de montres de plongée de l’époque et d’aujourd’hui encore : son positionnement à trois heures. Pour en faciliter le vissage et le dévissage, ZRC avait imaginé une couronne de grande dimension, soigneusement cannelée, à l’image de ce que d’autres avaient tenté, quelques années plus tôt : Rolex avec la réf. 6538 (la fameuse « James Bond ») et sa jumelle Tudor ref. 7924, Eberhard avec la Scafograf 200 réf. 11536 ou encore la longue liste des skin divers « big crown » telles que, notamment, les Titus Calypsomatic ou la deuxième génération de Polerouter Sub.

Si ces grandes couronnes s’avèrent effectivement bien plus faciles à manipuler, elles présentent deux inconvénients : le premier est que, proéminentes, elles sont exposées aux chocs et, même en cas de simple torsion, peuvent ruiner l’étanchéité de la montre ; le second est qu’elles peuvent aussi gêner certains mouvements du poignet. Tel fut l’un des messages passés par les plongeurs démineurs de Toulon utilisateurs de la Série 1, confirmant le constat opéré par d’autres marques dans la même période. Sauf que la plupart des fabricants n’ont apporté de réponse qu’au premier des deux problèmes en protégeant la couronne par un épaulement (Rolex-Tudor, Universal Genève, Eberhard, Omega…). ZRC, à l’instar de Triton, adopte pour sa part une solution plus radicale : déplacer la couronne sur l’axe nord-sud de la montre.

La Grands-Fonds 300 m Série 2 se distingue donc en premier lieu de la Série 1 par la position de la couronne vissée. Semblable extérieurement, elle est désormais située à six heures — Triton, dans la même intention, avait choisi de la positionner à douze heures.

Boîtier et bracelet exclusifs

Boîtier monobloc

La couronne est reliée au boîtier par un canon taillé dans la masse qui fait de la Grands-Fonds 300 m la seule montre conçue avec un boîtier entièrement monobloc.

ZRC Grands Fonds type II : canon taillé dans la masse.
ZRC Grands-Fonds 300 m Série 2 : canon taillé dans la masse.

Aux lignes ultra-tendues, ce dernier est usiné dans un acier suédois spécialement traité. Pour compléter la protection de la mécanique, le mouvement est en outre abrité par un cache-poussière assez enveloppant qui, réalisé en fer doux, le préserve des champs magnétiques — exigence vitale pour les plongeurs démineurs. Cette pièce est tenue en place au moyen d’un disque d’acier courbé qui fait pression lorsque le fond de boîte est vissé. Simple et efficace.

p1140613


Enfin, ce qui confine au génie, l’anse articulée reliant le bracelet au boîtier ne peut prendre sa position normale que si la couronne est parfaitement vissée, ce qui écarte tout risque d’oubli.

Le bracelet : une spécialité ZRC

La société Zuccolo Rochet & Cie est, depuis son origine, spécialisée dans la fabrication de bracelets. Plusieurs brevets ont même été déposés par ZRC pour des systèmes à lames flexibles et à ressorts qui assurent un ajustement parfait, au prix d’une certaine fragilité et… de quelques poils tirés sur les poignets velus !

Quatre types de bracelets acier se rencontrent sur la Grands-Fonds 300 m. La référence 2200000 est de loin la plus courante. Dans leur état d’origine, il est composé d’une pièce dotée de deux lames extensibles renfermant des ressorts permettant de porter la montre sur une combinaison de plongée sans réglage particulier. Il est livré avec de nombreux maillons rectangulaires reliés par des pièces amovibles qui facilitent la mise à la taille.

Son système d’attache, également spécifique, fonctionne avec un dispositif sur pivot qui éloigne tout risque d’ouverture intempestive :

Avec ses qualités et ses défauts, c’est ce même type de bracelet qui sera repris, quarante ans plus tard, lorsque Georges Brunet relancera chez ZRC une nouvelle gamme de montres de plongée et encore, tout dernièrement, la réédition GF 38.

Aiguilles et cadran

Magnum au menu

Sur la Série 2, les aiguilles « magnum » et la trotteuse « lollipop » sont reprises du premier modèle et courent sur un cadran toujours très épuré. Pas de chemin de fer mais des index en forme de crayon toutes les cinq minutes et les chiffres 3, 6, 9 12 marquent les quarts d’heure. En face de chaque repère, un point luminescent.

Les uns et les autres dialoguent désormais avec d’autres points de matière luminescente injectée dans un insert désormais en résine acrylique (et non en bakélite comme on l’entend encore souvent).

ZRC

Relativement fragile, il a souvent nécessité le remplacement de la lunette par un modèle de Grands-Fonds 300 m Série 3 ou de Spatiale.

Avec ou sans date ?

La Grands-Fonds Série 2 est d’abord équipée du même calibre Felsa 4000 que la Série 1. Dans un second temps, ZRC dote la Série 2 d’un très classique mouvement ETA, calibre 2452, permettant d’ouvrir un guichet de date à trois heures. Difficile, en revanche, de savoir à quel moment cette version est apparue et si elle a cohabité avec la sans-date. Attention, on trouve aussi des sans-date pourvues de mouvements ETA 2452 ou 2472 mais il est peu probable que ce montage soit d’origine.

Enfin, si l’immense majorité des Grands-Fonds Série 2 affiche 21 rubis, des versions affichant 17 ou 23 rubis sont également attestées. Face à un cadran 23 RUBIS AUTOMATIC INCABLOC, on est à peu près certain de tomber sur un mouvement Felsa 4000. Pour les autres, comme souvent, il devait s’agir d’adaptations à certains marchés locaux où les droits de douane pouvaient s’avérer très dissuasifs selon l’empierrement des mouvements.

ZRC Grands Fonds 300m - Publicité 1

Conclusion

Les étapes techniques et administratives d’homologation franchies, des exemplaires sont affectés en dotation à l’école de plongée, au 3e groupe de plongeurs démineurs de Toulon et au fameux commando Marine du lieutenant Hubert — mais aussi la Marine nationale italienne et, bien sûr, des membres de l’équipage de la Calypso, qui firent beaucoup pour la notoriété de ZRC. S’agissant des exemplaires de la Marine nationale, en l’absence de marquage spécifique et même de numéro de série militaire sur les montres, l’identification n’est possible qu’à la consultation des registres, et notamment de celui de l’arsenal de Toulon.

Les Grands-Fonds donnant satisfaction, le contrat avec la Marine nationale se prolongera jusqu’au cours des années 1970. La Série 2 restera à l’affiche jusque vers 1967 avant d’être remplacée par la Série 3. Cette dernière, bien qu’apparaissant plus comme une évolution de la Série 2 que comme une réelle nouveauté, a une personnalité propre et sa propre descendance… à découvrir dans le prochain épisode de notre saga.


Références

  • Maison R&C. [fr] Un bel exemplaire à cadran chocolat vendu aux enchères.
  • 2diveornot2dive.com. [en] Un exemplaire exceptionnel au cadran caramel, assorti de sa boîte d’origine et d’une carte de garantie ZRC d’époque.
  • Crédits photos : Danomar, Fred Chrono.

2 commentaires sur « ZRC Grands-Fonds 300 m Série 2 : la star de la famille »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.