ZRC Grands Fonds 300 m

Comment une petite manufacture de Haute-Savoie a-t-elle réussi à produire, pendant vingt-cinq ans, des montres de plongée d’une  qualité remarquable, dont la réputation a fait le tour du monde et qui ont équipé, notamment, la Marine nationale, les Pompiers de Paris et, paraît-il, l’équipe de France de ski nautique ?

Lire la suite de « ZRC Grands Fonds 300 m »

Chronographe Hanhart cal. 40

Sachant qu’une distance peut se déduire d’une vitesse et d’une durée, la navigation et l’horlogerie sont associées depuis des temps lointains. L’aviation, avant l’invention du GPS, n’a fait qu’intensifier cette relation déjà intime, faisant du chronographe de pilote un instrument non seulement important mais vital. C’est dire que, dans l’armée qui était alors la plus avancée du monde, les pilotes devaient disposer de ce qui se faisait de mieux en la matière. Nous sommes dans l’Allemagne de la fin des années 1930 et voici l’un des chronographes dont furent dotés ses officiers : l’Hanhart monopoussoir, calibre 40.  Lire la suite de « Chronographe Hanhart cal. 40 »

Dirty Dozen : la Vertex

Sauriez-vous citer une marque horlogère britannique ? Maintenant oui : Vertex représente cette espèce rare et s’illustre notamment par la production d’un modèle « W.W.W. » que nous passons en revue aujourd’hui.

Lire la suite de « Dirty Dozen : la Vertex »

Omega CK 2179/3

Nous sommes en 1945. L’armée américaine fait appel à Omega pour fournir à ses forces aériennes basées sur le continent européen des montres simples, fiables, précises et étanches. Ainsi naît la série référencée CK 2179, adaptée de la référence CK 2384. Un soldat américain la laisse un jour, au terme d’un séjour en Hongrie et l’engin traverse les ans, voire les décennies, sans se faire remarquer. Après une traversée de l’Europe plus rapide que les bombardiers de l’époque, la voici sous les projecteurs…

Lire la suite de « Omega CK 2179/3 »

Benrus Type I Class A

Nous sommes à la fin de la guerre du Vietnam. C’est dans les dernières années de ce conflit sordide qu’apparaît une des montres les plus remarquables de l’histoire des montres de plongée militaires : la Benrus Type I.

Lire la suite de « Benrus Type I Class A »

Hamilton 6B : embarquement immédiat

Une marque américaine, un mouvement suisse, un modèle affecté à la Royal Air Force… L’Hamilton 6B ne présente pas seulement ce pedigree singulier : sa qualité de construction et sa rareté croissante devraient en faire une cible de choix pour les chasseurs… Prêt pour une revue des troupes ?

Lire la suite de « Hamilton 6B : embarquement immédiat »

Eterna Super-KonTiki, première génération

Un aventurier norvégien et une montre suisse sont sur un radeau. L’aventurier tombe à l’eau, qu’est-ce qui reste ? Une montre suisse sur laquelle un petit article s’impose…

Lire la suite de « Eterna Super-KonTiki, première génération »

Auricoste type 20 : démontage du calibre Lemania 2040

Démonter un Lemania 2040 flyback : voilà une opération osée, sachant que les pièces de rechange ne se trouvent pas sous le sabot d’un cheval… C’est à ce spectacle rare que vous assisterez en visionnant cette vidéo !

Benrus Sky Chief : « official watch of famous airlines »

La Benrus Sky Chief est lancée dans les années 1940 par une société new yorkaise, en tant que montre de pilote. Habilement promu et bien adapté aux besoins professionnels, ce modèle a permis à Benrus de devenir fournisseur officiel de plusieurs compagnies aériennes pendant de nombreuses années. Revue d’une gamme élégante, fonctionnelle et attachante…

Lire la suite de « Benrus Sky Chief : « official watch of famous airlines » »

Une Tudor « MN » pas comme les autres

Voici une Tudor Submariner pas comme les autres. Outre son état sensationnel, elle présente une configuration particulièrement rare. Habituellement, les Tudor « Sub » de cette période se rencontrent soit avec le cadran à quatre triangles, soit avec le fameux snowflake. Celle-ci, avec son cadran noir à triangle unique à douze heures et ses index « bâton » à trois, six et neuf heures, est correcte mais déjà atypique à ce titre. Rare sur une Submariner 94110 « ordinaire », ce cadran l’est plus encore sur une version militaire !

Cette montre fut en effet attribuée, en 1980, à un officier de la Marine nationale servant sur le sous-marin d’attaque Agosta. Son numéro de série (89XXXX) correspond aussi à quelques exemplaires connus pour avoir été attribués à la Marine canadienne notamment. Dans la série sur les Submariner, en voilà une qu’on ne croise que rarement. Elle est actuellement visible (et réservée) sur le site Sweeping Hand.