Titus Calypsomatic 5913 : le début de la saga

Première référence connue de Calypsomatic, la 5913 ne se contente pas de marquer le démarrage de la saga : elle est aussi l’une des plus spécifiques et riche de multiples variantes.

Lire la suite de « Titus Calypsomatic 5913 : le début de la saga »

Lèche-vitrine virtuel avant enchères londoniennes

La prochaine vente de Watches of Knightsbridge aura lieu le 17 septembre prochain. Près de quatre cents lots de montres et horloges anciennes dont quelques pépites. Et vous, sur quoi flashez-vous ?

Lire la suite de « Lèche-vitrine virtuel avant enchères londoniennes »

Heuer Autavia 2446C, en action

René Kesling, grand collectionneur de chronographes, ne se contente plus de partager de sublimes photos des trésors de sa collection. Il s’est initié à la vidéo et livre depuis quelques temps des petits films en macro à couper le souffle. Abonnez-vous vite à sa chaîne Youtube !

Pourquoi les montres destinées au marché américain ont-elles parfois moins de rubis ?

Vous avez peut-être déjà observé que que les mouvements marqués « 24 rubis » passent mystérieusement à 17 rubis lorsqu’ils sont montés sur des exemplaires exportés aux États-Unis. Voici pourquoi.

Lire la suite de « Pourquoi les montres destinées au marché américain ont-elles parfois moins de rubis ? »

Juvenia Arithmo : aux sources de la « smartwatch »

Introduit en 1945, le modèle Arithmo de Juvenia suit de quelques années à peine la sortie de la Breitling Chronomat (1941). Moins illustre que sa devancière, elle remplit la même fonction d’assistance aux ingénieurs et techniciens. Une montre intelligente et rare.

Lire la suite de « Juvenia Arithmo : aux sources de la « smartwatch » »

Breitling Chronomat

Le saviez-vous ? L’appellation Chronomat signifie « Chronographe pour mathématiciens ». Le précurseur du Navitimer créé par Breitling, dont la gamme existe toujours, doit cette appellation aux échelles de calcul disposées sur le pourtour de son cadran, et notamment à l’échelle logarithmique. La particularité technique de ce modèle est que la lunette cannelée est mobile et solidaire d’un disque interne comportant une partie des graduations. En la faisant tourner, on utilise donc bien l’équivalent d’une véritable règle à calcul comme les plus vénérables d’entre nous en ont connu…

Nous reviendrons un jour plus en détail sur ces merveilleux chronographes et autres montres « pour mathématiciens » car il y a des trésors horlogers à découvrir. En attendant, merci à Watchfred pour les quelques exemplaires rares qu’il a réunis sur cette magnifique photo !