W.W.W. Dirty Dozen : la Longines, dite (à tort) « Greenlander »

Parmi les douze modèles de légende mis au service des soldats britanniques à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Longines figure au podium des plus prisées. Elle a beau ne pas être tout à fait la plus rare, elle dégage quelque-chose dont la plupart de ses homologues ne parviennent pas à se targuer. Encore une légende nordique ? Revue en détail de la pseudo-Groenlandaise…

Huitième sur douze dans l’ordre alphabétique, la Longines W.W.W. occupe la première place dans l’ordre de préférence de bien des collectionneurs et amateurs des fameuses Dirty Dozen. Mais Dirty Dozenquezaco ? vous savez, ces douze modèles réalisés par des plus ou moins grandes marques horlogères et livrés à l’armée britannique en 1945, douze bêtes de course chargées de résister à tout — et même un peu à l’eau — pour fournir au soldat de Sa Majesté une heure précise à tout moment…

La Longines n’est pourtant ni la plus rare (la Grana, quasiment introuvable, reste la pièce manquante de bien des collections), ni la plus prestigieuse (on trouve parmi les Douze des marques telles que Eterna, Jaeger-LeCoultre et Omega). Peut-être que son attrait particulier réside alors dans une combinaison idéale de caractéristiques : si elle n’est pas la plus rare, elle est, avec une production initiale de 5000 exemplaires, l’une des plus rares, et la marque Longines n’a guère à rougir face aux grands noms qui lui sont opposés.

De plus, elle dispose d’atouts supplémentaires et non négligeables : son grand diamètre de 37,5 mm (18 mm d’entre-cornes), cet élégant stepped case, les aiguilles « cathédrale » la rendent sans doute plus désirable que les autres. Elle se distingue également pour être la seule à être équipée d’un système antichoc protégeant le mouvement.

Au verso, le fond vissé porte les inscriptions réglementaires, de haut en bas :

  • la référence du modèle (23088),
  • le numéro de série « civil »,
  • la broad arrow,
  • les trois lettres W W W,
  • le numéro d’inventaire, précédée du code propre au ministère de la Défense, à savoir la lettre F.

LONGINES WWW - Img Fred Chrono 2016-10-16 2

Le même numéro de série doit normalement se retrouver imprimé sur l’une des cornes, mais la correspondance a rarement été préservée. Quant au numéro d’inventaire, il présente la même particularité que celui de la plupart des autres W.W.W. : en le soustrayant au numéro de série civil, on obtient toujours le même nombre. Pour la Longines, il s’agit de 3724.

Selon certains, la production se diviserait en deux séries, la première avec des aiguilles « gilt » et un boîtier à anses courtes, et la seconde avec des aiguilles acier et un boîtier à anses plus longues.

Selon l’extrait d’archives fourni pour celle-ci par Longines, elle aurait été livrée le 28 juillet 1945 à Baume & Co., agent Longines au Royaume-Uni, comme la plupart de ses homologues, même si les livraisons semblent s’étaler jusqu’en décembre 1945.

Mécanique

La Longines W.W.W. est équipée du calibre 1268Z, mouvement de 12 pouces oscillant à 18000 A/h et revendiquant 41 heures de réserve de marche. Observé pour la première fois en 1938, ce calibre sera produit jusqu’à la fin des années 1950.

LONGINES

Greenlander ? un mythe démasqué

Surnommée Greenlander, à tort, elle avait été ainsi baptisée pour sa participation présumée à l’expédition britannique au Groenland, en 1952-1954. Pourtant, il y a une dizaine d’années, Chris Balm reçoit un message d’un ancien lieutenant de la British Royal Navy, membre de l’expédition Groenland de 1952-1954, et le partage sur le forum de référence Military Watch Resource :

Dear Chris
I note from your website that you have sold a Longines ‘Greenlander’ watch
as being used by the British North Greenland Expedition 1952-54. As a
member of this Expedition, I can reliably inform you that no Longines
watches were worn by anyone on the British North Greenland Expedition
1952-1954.
Chronometers and chronometer watches were loaned by the Navy and
wristwatches by Rolex and I wore my Lemania Navy Pilots’ Watch and my
chronometer watch was loaned by Vacheron et Constantin.
I trust this information will be of assistance to you in future.
Regards
Richard Brett-Knowles

On ne peut être plus clair… Ainsi s’effondre le mythe de la Greenlander. Un mythe qui serait né d’une mention erronée dans un livre italien, qui se serait ensuite perpétuée.

LONGINES WWW - Img Fred Chrono 2016-10-16 6

Références
  • MWR Forum. [en] Discussion de référence sur le démontage de la légende relative à la Longines « Greenlander ».
  • AnalogShift. [en] Un bel exemplaire (vendu), pour le seul plaisir des yeux.

 

8 commentaires sur « W.W.W. Dirty Dozen : la Longines, dite (à tort) « Greenlander » »

  1. j’ai une petite plongeuse Marc Nicolet et j’aimerais bien lui faire porter le meme type de bracelet que la Longines 1945,vous pourriez me donner le ref svp merci

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s