Chronomaster Aviator Sea Diver : 4. Les Landeron 248

Après avoir abordé les versions composant la première et la deuxième génération de Chronomaster Aviator Sea Diver, voici une déclinaison un peu particulière : des Croton CASD produites avec un mouvement Landeron 248.

Dérivé du vénérable calibre 48, le Landeron 248 est un mouvement de 13,75 lignes battant à 18 000 A/h et revendiquant une réserve de marche de 41 heures. Il équipe un grand nombre de chronographes aux marques plus ou moins confidentielles de la fin des années 1960, dont des masses de très sympathiques modèles « 10 ATM ».

Dans cette veine prolifique, Nivada-Croton décide de sortir une version de son best-seller Chronomaster Aviator Sea Diver équipé de ce mouvement. Il en résulte un chronographe très proche en apparence des versions Valjoux 92 et Valjoux 23.

Notre CASD Landeron 248 conserve en effet, par rapport à ses aînés, un air de famille prononcé. Outre l’appellation à rallonge, il garde le principe de la lunette mobile à double graduation (12 heures et 60 minutes), de l’échelle tachymétrique en bordure de cadran et du compteur « régate » distinguant la première tranche de cinq minutes par une zone rouge caractéristique.

Semblant n’exister que sous la marque Croton, il se présente sous plusieurs configurations.

Version à cadran noir

Dans la continuité du modèle équipé du Valjoux 23, la version « all black » reprend un dessin de cadran très proche de celui-ci ainsi que des aiguilles heures-minutes assez semblables, bien que légèrement plus anguleuses. L’aiguille « lollipop » est en revanche abandonnée au profit d’une aiguille droite rouge. La marque CROTON est surmontée d’un logo combinant la lettre C et un W stylisé pour Watches.

CROTON Chronomaster, cal. Landeron 248, circa 1970.
CROTON Chronomaster, cal. Landeron 248, circa 1970.

La lunette conserve les larges cannelures auxquelles nous sommes habitués. La couronne est épaisse, anguleuse et non signée.

Le fond, enfin, semble exister avec et sans inscriptions sur le pourtour :

On en trouve également des exemplaires avec un insert de lunette au graphisme similaire aux Chronoking — chiffres plus anguleux — comme sur celle-ci.

Version à cadran « panda inversé »

Il existe aussi une version à cadran dit « panda inversé ». Celle-ci se caractérise par deux registres blancs sur un fond noir virant au brun foncé. Si certains parlent de « tropicalisation » du cadran, il semble bien qu’il s’agisse de la couleur d’origine. Par ailleurs, l’échelle tachymétrique apparaît en noir sur un ruban blanc. Bien sûr, les cinq premières minutes du totalisateur restent colorées en rouge mais les chiffres 1, 2, 3, 4, 5 disparaissent. L’insert de lunette, pour sa part, est là encore celui que l’on trouve sur les Chronoking.

Autre évolution : suivant la mode de l’époque, le cadran est agrémenté d’index appliqués marquant les heures, en lieu et place des index au tritium.

Les aiguilles des heures et minutes prennent une forme rectangulaire. Elles abandonnent la peinture blanche mais conservent un insert de matière lumineuse et la grande seconde du chronographe, rouge toujours, prend une forme triangulaire.

Conclusion

Un peu « coincées » entre les Valjoux 23/234 et les Valjoux 77XX, ces modèles à calibre Landeron figurent parmi les plus méconnus. D’ailleurs, d’autres variantes existent sans doute, que des lecteurs avisés sauront nous indiquer si nos propres investigations s’avèrent insuffisantes. En attendant, prenons ce quatrième chapitre comme une petite « respiration » avant le bouquet final : les dernières générations de CASD, produites dans les années 1970 avec toute la panoplie des mouvements Valjoux de l’époque.

Remarque au lecteur

Cet article, comme les précédents et les suivants de cette série, résultent de modestes recherches empiriques et ne prétend ni à l’exhaustivité ni à la certitude. La difficulté à obtenir des informations sur ces modèles — la marque Nivada ayant disparu sans laisser d’archives connues — invite à la prudence… mais aussi à la poursuite de l’exploration…

Cher lecteur, si vous avez ainsi matière à améliorer le contenu de cet article, surtout n’hésitez pas à vous manifester : vous recevrez le meilleur accueil !

Références
  • MyWatchMart. Exemple de Croton CASD Landeron 248 avec un cadran noir et un insert « deuxième génération ».
  • Luxuwrist.com. Exemple de Croton CASD Landeron 248 avec un cadran noir et un insert de lunette « troisième génération » (type Chronoking).
  • Crédits photos : The Vintage Watch Collective., Jaspernt/nd.

3 commentaires sur « Chronomaster Aviator Sea Diver : 4. Les Landeron 248 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.