W.W.W. Dirty Dozen : la Record

Parmi les douze W.W.W., la Record a la particularité d’être… loin des records ! Pour autant, elle affiche un diamètre très respectable, un superbe cadran laqué et elle est encore relativement facile à trouver compte tenu de sa production importante. Sans doute la plus abordable des Dirty Dozen, c’est une parfaite entrée en matière.

Réputé pour la précision de ses garde-temps, Record est assez naturellement devenu fournisseur de plusieurs corps d’armée dans les années 1930-1940 et, singulièrement, de l’armée britannique. Ce sont pas moins de 25 000 exemplaires, selon les estimations, qui ont, au second semestre de 1945, été livrés au Royaume-Uni. Cela fait de la Record, avec l’Omega, la plus répandue des douze W.W.W.

Record : un brin d’histoire…

Record Watch Co. est fondé en 1903 à Tramelan, dans le Jura bernois, en vue de produire et breveter la Sector Watch, une montre de poche de forme triangulaire et à affichage rétrograde. La marque jouit d’une très bonne réputation avant-guerre, celle de produire des montres de haute précision. En 1916, la marque fusionne avec plusieurs sociétés sous le nom de Record Dreadnought Watch Co. SA et dispose d’une large gamme d’instruments de mesure du temps et de mouvements, sous plusieurs marques. Réputée pour fabriquer des modèles de haute précision, Record devient fournisseur de plusieurs armées. En 1949, la société reprend sa dénomination originale et poursuit son développement. En 1960, une montre de poche Record devient la première montre suisse à s’imposer aux États-Unis dans le réseau de chemins de fer. Il en faudra cependant davantage pour maintenir l’indépendance de la société, dont Longines prend le contrôle l’année suivante. La marque survit ainsi, au gré des considérations de l’actionnaire majoritaire, jusqu’à la fermeture en 1991.

Difficile de savoir, comme à chaque fois, combien d’exemplaires ont traversé les décennies jusqu’à nous. Il convient cependant de noter que les Record W.W.W. se trouvent encore assez facilement, du moins à condition de ne pas être exagérément exigeant sur leur état… Comme pour les Buren, JLC, Lemania et Vertex, le boîtier a été en effet conçu en laiton chromé — les pénuries d’acier avaient dicté ce choix au prix d’une moindre résistance à l’usure. Record partage le sien (ainsi que le fond en acier) avec les Lemania et Vertex. Il  résulte d’ailleurs de cette mutualisation des fournisseurs que, lors des maintenances opérées par les horlogers de l’armée, les fonds ont été bien souvent interchangés.

Dans leur aspect original, ces boîtiers sont brossés et joliment galbés et, avec 36,5 mm de diamètre, la Record occupe bien le poignet et n’a pas vraiment à rougir face à une montre des années 2010.

IMG - Dimensions V2

LHC : 36,5 mm. LCC : nd. LHT : nd. EC : 18 mm. EHT : nd.

RECORD
Type WWW, circa 1945.

Le cadran, conforme au cahier des charges, expose la marque et la Broad Arrow sur un fond noir laqué du plus bel effet. On trouve également notre Record avec des cadrans de service du ministère de la Défense (MoD) pourtant la référence au code fournisseur attribué à Record, à savoir : 10034.

Le fond de boîte, comme ses camarades, expose les informations réglementaires, à savoir, successivement :

  • les trois initiales W.W.W.,
  • la Broad Arrow,
  • le numéro de série militaire,
  • le numéro de série civil.

RECORD

Comme sur les autres, une lettre est attribuée et précède le numéro de série militaire. Il s’agit du L.

Mouvement

RECORD

La mécanique animant cette montre est un calibre Record 022K à 15 rubis et spiral Breguet. Sa conception et sa finition en font probablement le mouvement le plus beau et le plus élaboré que Record ait jamais produit.

Bref, la Record n’est pas une Dirty Dozen au rabais. De fait, les normes d’étanchéité et de précision contenues dans le cahier des charges émis par le ministère de la Défense ont imposé aux douze marques une exigence de qualité de conception qui garantissent que chacune des W.W.W. mérite une réelle considération, même si elle n’est ni la plus rare, ni la plus grande, ni la plus prestigieuse.

Références

 

Un commentaire sur « W.W.W. Dirty Dozen : la Record »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.