Bulova Sea Hunter 1000 m : une Squale radicalisée ?

Il y a quelques jours, une Bulova Sea Hunter m’est passée devant les yeux et je me suis dit : « Wow, qu’est-ce que c’est que cet OVNI ? Un look de grosse bestiole du fond des mers avec un je-ne-sais-quoi de luxueux dans l’apparence, et un mélange improbable de classicisme vintage et d’extrême modernité. » Bon, pour être franc, mes réflexions à chaud étaient un peu moins formulées mais, en tout cas, je me suis bien dit : « Wow. » Voici pourquoi.

Il faut dire que l’engin en impose. Rien n’indique explicitement que la Sea Hunter ait été réalisé par Squale mais cela y ressemble en tout cas furieusement.

BULOVA

Il n’y a qu’à voir une Squale 100 Atmos pour relever la similarité des dimensions généreuses, du fascinant verre bombé, de la couronne encastrée à quatre heures… Pourtant, la Sea Hunter suscite une impression particulière, comme si Bulova avait voulu proposer une Squale plus radicale.

IMG_0023.jpg

BULOVA

IMG - Dimensions V2

LHC : 41 mm. LCC : 45 mm. LHT : 48,2 mm. EC : 20 mm. EHT : 16,3 mm.

BULOVA

Avec son exceptionnelle épaisseur, son cadran très graphique, seulement égayé par une trotteuse rouge vif, et surtout cette étonnante lunette polie, sans insert ni la moindre inscription, elle paraît avoir été créée moins pour un usage quelconque que simplement pour elle-même, un peu comme un objet de démonstration, à l’image de ces « concept cars » générateurs d’émotions fortes bien qu’ils soient, en réalité, souvent incapables de rouler normalement.

 

Pour autant, la Sea Hunter est une vraie montre et même une vraie montre de plongée, contrôlée à 1000 mètres !

Sous le capot, on trouve même un excellent ETA 2824-2, mouvement lancé en 1972, caractérisé par ses 25 rubis, son spiral en Anachron, son rotor sur roulement à bille (brevet Eterna), son oscillation à haute fréquence (28 800 A/h).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bref, un bel objet d’horlogerie tout à fait méconnu, du fait conjugué de la relative inattention que suscite la marque Bulova jusqu’à présent — si l’on excepte peut-être les Accutron — et de la grande rareté de cette Sea Hunter.

L’exemplaire présenté ici, référence 11932, appartient à la première série, qui est aussi la plus épurée. Elle existe également avec un cadran à fond blanc :

BULOVA Sea Hunter réf. 11932 cadran blanc - Img 01

La 11933, qui lui succède, adopte une grosse lunette gravée et une seconde couronne, à deux heures, destinée à en bloquer la rotation :

 

La gamme est également étendue à deux versions de chronographes étanches à 200 mètres. D’abord l’étonnant 11934, qui ne manque pas de charme avec son Valjoux 7736 à trois compteurs et son accastillage en or :

BULOVA Sea Hunter réf. 11934 - Img Michael Stockton Fratello Watches

Enfin, la référence 11935, qui combine les trois compteurs, la lunette gravée et la couronne supplémentaire (à neuf heures, cette fois) dans un ensemble esthétiquement plus discutable.

 

 

Bref, mieux vaut rester concentré sur la première version. Sa rareté, son étonnante présence au poignet et ses performances en font une intéressante découverte et une montre réellement hors du commun. Tellement, d’ailleurs, que Bulova US ne dispose guère d’informations à son propos : selon eux, la Sea Hunter aurait été produite pour les marchés européens et orientaux mais la documentation de ces séries « exotiques », qui n’a apparemment pas traversé l’Atlantique, ne semble pas non plus avoir été scrupuleusement conservée en Suisse, où les restructurations ont eu raison des acteurs de l’époque ainsi que de leurs archives.

 

Références

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s