Eska Amphibian 600 : les amours imaginaires donnent parfois les plus beaux fruits

Attention, découverte et coup de foudre…

Eska (de son nom complet : ESKA & Co. Montre Manufacturing Suisse) est une marque fondée en 1918 et établie, comme Nivada, dans la commune suisse de Granges. Elle doit son nom aux initiales de son fondateur, Sylvan Kocher (« S.K. » donnant « Eska »), à qui l’on doit également des montres sous les marques Altanus, BMW, Bonostar, Kocher, KOH, Nelco, Passerelle, Royce ou encore… Megalo !

Fabriquant des montres de milieu de gamme à trois aiguilles motorisées par des mouvements génériques (A. Schield, ETA), Eska s’est également risquée dans le registre des montres de plongée, au tournant des années 1950-1960,  avec l’étonnante Amphibian.

Place aux photos :

eska-amphibian-600-img-triadvintagecompany-2016-11-05-1

 

L’engin affiche un diamètre très respectable pour l’époque de 38 mm hors couronne. L’élégant boîtier est surmonté d’une lunette tournante dotée d’un large insert en acrylique indexé à rebours tandis que le cadran, noir et laqué, marie d’épais index et d’énormes chiffres lumineux que viennent pointer des aiguilles gilt, également lumineuses.  Détail supplémentaire : un petit compteur inhabituel s’incruste en haut du cadran.

IMG - Dimensions V2

LHC : 38 mm. LCC : n.d. LHT : 45 mm. EC : 20 mm. EHT : n.d.

 

C’est que, en dévissant le fond, on trouve un mouvement automatique qui, bien que signé sur la masse oscillante « S. Kocher & Co. », n’est autre qu’un calibre AS 1382 N (A. Schield). Peu répandu,  ce mouvement présente la particularité d’intégrer un indicateur de réserve de marche. Une fonction que vous ne trouverez pas sur beaucoup d’autres plongeuses !

Comme un rejeton morganatique d’une Blancpain et d’une Triton…

Mais, au fait : ce splendide boîtier en acier, cette lunette tournante, ce cadran laqué et bombé aux inscriptions massives, ces aiguiles « gilt »… Tout cela ne vous rappelle rien ? Bingo : l’Eska Amphibian évoque furieusement, dès le premier regard, deux grandes stars de la catégorie, la Triton Spirotechnique et la Blancpain Fifty Fathoms. Tous les codes sont présents avec un petit plus : si rares et prisées soient-elles, les « Spiro » et les « Fifty » sont connues et reconnues tandis que cette Amphibian sera, pour beaucoup, une spectaculaire découverte.

Bref, cette Eska est exquise et vous en êtes, logiquement, désormais amoureux… Bienvenue au club !

L’exemplaire exceptionnel qui illustre cet article, localisé aux États-Unis, est actuellement en vente sur la Baie. Oh dear, I wish I could…

 

Références

 

 

2 commentaires sur « Eska Amphibian 600 : les amours imaginaires donnent parfois les plus beaux fruits »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s