Omega Speedmaster ST 105.003 et ST 105.012 : de la Spacewatch à la Moonwatch

Dans la première moitié des années 1960, Deux références de l’Omega Speedmaster sont sorties à peu près en même temps et ont cohabité pendant plusieurs années : la ST 105.003, dite « Ed White », et la ST 105.012-65. Ces deux modèles n’ont pas seulement en commun un formidable mouvement ; elles ont chacune une part éminente dans l’histoire de la conquête spatiale.

Lire la suite de « Omega Speedmaster ST 105.003 et ST 105.012 : de la Spacewatch à la Moonwatch »

Récréation à l’oignon

Une Eterna 154 FTP, une Wittnauer Professional 7004A, l’envie de prendre le temps d’une petite récréation avec un oignon rouge au retour des courses du samedi matin… Cette séance photo n’a aucune autre ambition que profiter de ces couleurs, plus rares sur le marché horloger que sur celui des fruits et légumes, et montrer qu’elles peuvent donner des résultats vraiment cools…

 

Difor Landeron 349 : un pingouin sous les Tropiques

Rendez-vous aujourd’hui avec un chronographe bourré de paradoxes pour une petite séance photo…

Lire la suite de « Difor Landeron 349 : un pingouin sous les Tropiques »

Pourquoi les montres destinées au marché américain ont-elles parfois moins de rubis ?

Vous avez peut-être déjà observé que que les mouvements marqués « 24 rubis » passent mystérieusement à 17 rubis lorsqu’ils sont montés sur des exemplaires exportés aux États-Unis. Voici pourquoi.

Lire la suite de « Pourquoi les montres destinées au marché américain ont-elles parfois moins de rubis ? »