W.W.W. Dirty Dozen : la Longines, dite (à tort) « Greenlander »

Parmi les douze modèles de légende mis au service des soldats britanniques à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Longines figure au podium des plus prisées. Elle a beau ne pas être tout à fait la plus rare, elle dégage quelque-chose dont la plupart de ses homologues ne parviennent pas à se targuer. Encore une légende nordique ? Revue en détail de la pseudo-Groenlandaise…

Lire la suite de « W.W.W. Dirty Dozen : la Longines, dite (à tort) « Greenlander » »

Moeris Bathyscaphe : une autre « Baby Blancpain »

Nous avons déjà parlé récemment des Waltham Skindiver. Déclinaison directe des Blancpain Bathyscaphe, — au moins pour les premières versions, — ces jolies petites montres de plongée avaient une autre proche parente, elle aussi sortie de la cuisse de Blancpain : la Moeris Bathyscaphe.

Lire la suite de « Moeris Bathyscaphe : une autre « Baby Blancpain » »

Citizen Super Jet Auto Dater Para Water SADS 51202-Y

Il est encore rare que les Citizen vintage fassent la une des sites horlogers… On trouve pourtant parmi elles de sacrées pépites, qui n’ont rien à envier à leurs rivales japonaises dont le nom commence par un « S » et qui ont même, par leur personnalité, leur rareté et leur qualité de fabrication, une place de choix à prendre dans le cœur des collectionneurs. Après avoir présenté une plongeuse « 150 m » de la fin des années 1970, la 52-0110, en voici donc une autre, d’un peu plus de dix ans son aînée : la Super Jet Auto Dater Para Water SADS 51202-Y.

Lire la suite de « Citizen Super Jet Auto Dater Para Water SADS 51202-Y »

Certina DS réf. 5801 113

Les initales « DS » vous feront spontanément penser à une illustre Citroën lancée en 1955 et qui, tant elle était en avance sur son temps, réussira l’exploit d’une carrière commerciale de deux décennies. Amateurs de montres, vous songerez peut-être aussi aux Certina qui utilisent un système de « double sécurité » pour résister aux chocs. Parmi les nombreux modèles parés de ce label depuis 1959, la 5801 113, lancée en 1964, est celle qui vous est présentée aujourd’hui. Une plongeuse pas courante, qui ne manque pas de charme…

Lire la suite de « Certina DS réf. 5801 113 »

Unimatic Modello Uno, réf. U1-D

Les start-up horlogères se multiplient depuis quelques années, signe que la crise structurelle qui touche l’industrie horlogère traditionnelle — les grandes maisons suisses, pour ne pas les nommer — ne signifie pas que le secteur se trouve pour autant frappé de déclin généralisé. La créativité et l’esprit d’entreprise restent bien présents, avec des réalisations dignes d’intérêt y compris à des niveaux de gamme très abordables. Les montres Unimatic en offrent une illustration et, singulièrement, le Modello Uno présenté aujourd’hui.

Lire la suite de « Unimatic Modello Uno, réf. U1-D »

Heuer Bundeswehr, réf. 1550 SG

Commandé en 1967 par l’armée de l’Air de la République fédérale allemande (Bundeswehr), le chronographe 1550 SG figure parmi les garde-temps militaires les plus spectaculaires des cinquante dernières années.

Lire la suite de « Heuer Bundeswehr, réf. 1550 SG »

Citizen 150 m, réf. 52-0110

Au royaume de l’horlogerie, les titres les plus prestigieux sont détenus par les grandes maisons suisses. Le Japon, pourtant, s’est taillé une place importante, à partir des années 1960-1970, en sachant respecter les fondamentaux du métier tout en apportant ses propres codes.

Lire la suite de « Citizen 150 m, réf. 52-0110 »

Eterna réf. 154 FTP : une synthèse réussie

J’en connais au moins un qui s’est interrogé lorsque j’ai fait l’acquisition de ce chronographe Eterna. « Qu’est-ce qui t’a pris d’acheter ce gros machin ? » Un « gros machin » bien inspiré, mû  par un noble Valjoux 726 et qui, au poignet, révèle une présence incroyable.

Lire la suite de « Eterna réf. 154 FTP : une synthèse réussie »

« Big eyes » : quand les chronos font les gros yeux

Dans la grande famille des chronographes de poignet, certains se distinguent par un parti pris fonctionnel en vertu duquel les totalisateurs — les compteurs si vous préférez — doivent être surdimensionnés, ce afin de rendre d’autant plus lisibles les informations qu’ils contiennent. On les appelle les Big eyes. Esthétiquement, le résultat est plus que séduisant.

Lire la suite de « « Big eyes » : quand les chronos font les gros yeux »