Omega Seamaster Chronostop, réf. 145.007

Seamaster Chronostop… derrière cette appellation se cache un modèle injustement méconnu et pourtant pourvu de bien des qualités, à commencer par sa forte personnalité et son intéressante fonction de chronométrage. Sans parler de sa croissante rareté !

Dévoilée en 1966, la Seamaster Chronostop n’a pas laissé beaucoup de traces dans les mémoires, tant les icônes Speedmaster, Seamaster 300 et autres Constellation ont monopolisé le devant de la scène depuis des décennies. En voici une, pourtant, qui gagne à être connue.

Au premier abord, c’est l’immense cadran étagé qui retient l’attention, ces superbes index appliqués, l’échelle tachymétrique interne, ces aiguilles sportives. Avec un boîtier de 41 mm de diamètre, une ouverture exceptionnelle, l’ensemble en impose. Vous êtes face à une Oméga Seamaster Chronostop grand modèle, réf. 145.007. Avec les chronographes « Soccer » et « Yachting » de la même époque, c’est l’un des plus grands diamètres commercialisés par la manufacture.

Si l’on s’attarde sur le boîtier, on ne peut qu’admirer ces grandes courbes et l’alternance des surfaces : brossage radial pour le plat, chanfrein poli puis faces latérales au brossage longitudinal. L’ensemble forme une belle pièce d’acier qu’il vaut mieux éviter de rayer, tout comme le vaste verre hesalite gravé  au centre du symbole de la marque… même si les précautions requises se marient difficilement avec la vocation sportive de l’engin !

On remarque aussi immédiatement la position atypique de la couronne, signée et positionnée à 3 heures 45, ainsi que la présence d’un poussoir unique à 2 heures 15. Celui-ci permet d’actionner une fonction de chronométrage de « temps court », similaire à la fonction « retour en vol » (flyback) qui équipe notamment les fameux Type 20, chronographes des pilotes l’armée de l’air française.

IMG - Dimensions V2

LHC : 41 mm. LCC : nd. LHT : 47 mm. EC : 22 mm. EHT : 13 mm.

 

OMEGA Seamaster Chronostop - Img 03.jpg

 

Côté mécanique, elle a (presque) tout d’une grande

Sous le capot, ce Chronostop est équipé d’un mouvement Omega cal. 865 à remontage manuel. D’une grande qualité de fabrication et très précis, il s’illustre dès sa sortie par sa précision, saluée par un prix de la prestigieuse Fédération horlogère. Ces lauriers ne sont, cela dit, guère étonnants car ce mouvement 865 n’est autre qu’un dérivé direct du calibre 861 qui équipe le haut-de-gamme de la marque (Speedmaster et Seamaster).

OMEGA calibre 865

. Dérivé du mouvement 861.
. Mouvement mécanique à remontage manuel.
. 17 rubis.
. Incabloc.
. Échappement à ancre.
. 21 600 A/h.

 

 

On notera aussi que ce modèle, tout comme la version plus petite et ovoïde du Chronostop (gamme Genève, déclinée en plusieurs couleurs « pop »), était doté d’origine d’un bracelet en cuir pourvu d’une vaste boucle déployante signée, comme sur l’exemplaire exceptionnel montré ci-dessus (crédit : Blackbough).

En vidéo, la démonstration de la fonction flyback prend toute sa dimension, même si elle s’avère plus utile pour chronométrer un sprint ou mesurer la vitesse d’un véhicule que pour minuter la cuisson d’un œuf dur !

 

Une véritable gamme

Comme le montre l’illustration ci-dessous, l’appellation Chronostop ne correspond pas à un seul modèle mais bien à une véritable gamme de modèles. Imaginé en 1966 à partir des calibres Lemania 865 — proche cousin du calibre 861 qui équipera notamment les Speedmaster à partir de 1968, le Chronostop est ensuite progressivement perfectionné et décliné. En 1968, le calibre 920 permet de présenter une variante à date et, en 1969, le calibre 930 y ajoute un totalisateur 30 minutes.

Plusieurs générations de Chronostop se succèdent. D’abord dans la gamme Seamaster avec les références 145.007 à lunette fixe et 145.008 à lunette interne tournante au moyen d’une couronne située à 10 heures (1966), puis sous les appellations Genève, Genève “Driver”, Seamaster “Bullhead” et Genève “Fontana”.

tumblr_nmw4bnrhdr1qbdm0fo1_1280
OMEGA Seamaster Chronostop, réf. 145.008 à lunette « roulette ». Crédit : Watchfred.

Nous reviendrons plus précisément sur la référence 145.008 dans quelques temps. Stay tuned !

 

Références
  • Analogshift. Une Chronostop 145.007 (vendu).
  • Passion-horlogere.com. Un article ultra-complet d’Anthony Marquié sur la « saga » Chronostop.
  • FAM. Belle restauration d’une Chronostop.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s