Trois générations, trois marques… mais trois Aquastar

Aquastar a fait l’objet, sur ce blog, de quelques parutions. Les plongeuses emblématiques de la marque, de 1960 à la fin des années 1970, sont toujours sorties du lot commun et font aujourd’hui le bonheur des collectionneurs tout en restant abordables. Présentées séparément sur ce blog, les voici ensemble pour une petite séance photo.

Lire la suite de « Trois générations, trois marques… mais trois Aquastar »

Aquadive Yachting

La marque Aquadive, lancée en 1962 et spécialisée dans les montres de plongée, n’a pas occupé les premiers rangs dans l’histoire de l’horlogerie mais il en reste quelques bien séduisants modèles, tels que le chronographe Yachting, motorisé par un calibre Valjoux 7733, qui fait l’objet de notre séance photo aujourd’hui.

Lire la suite de « Aquadive Yachting »

Universal Genève Compax « Exotic dial »

 

Ce n’est pas tous les jours que l’on voit passer un chronographe Universal Genève « Nina Rindt » ou « Evil Nina ». La variante dite « Exotic Dial », référence 885107, est encore plus rare. Avec son bracelet Gay Frères d’origine, dans un état parfait, on entre dans l’exceptionnel…

C’est une merveille répondant à tous ces critères qui est apparue aujourd’hui sur Chronotrader mais inutile de regretter de ne pas avoir les 27 500 euros réclamés par le vendeur : elle est déjà réservée !

Un chronographe Hyde Park…

Hyde Park est un horloger américain à qui Léonidas a fourni quelques modèles. Celui-ci, que l’on peut dater du milieu des années 1950, comporte d’ailleurs les traits typiques des productions de la maison suisse, à commencer par ces spectaculaires sous-compteurs de grand diamètre et le style très épuré et fonctionnel des inscriptions.

Cette montre me rappelle pourquoi j’aime tant les chronographes : ces cinq aiguilles réparties sur trois cadrans font affleurer la mécanique plus que dans une simple montre à deux ou trois aiguilles. Et puis, avec un chronographe, on est à la fois spectateur et maître du miracle miniature qui oscille et bascule sous le cadran. C’est une délicieuse sensation.

Omega Speedmaster dans tous ses états

Vu sur FratelloWatches : une société italienne propose de personnaliser votre Omega Speedmaster. Qu’on aime ou pas, on se demande quand même si c’est un délire de printemps ou un poisson d’avril…

Lire la suite de « Omega Speedmaster dans tous ses états »

Breitling Chronomat

Le saviez-vous ? L’appellation Chronomat signifie « Chronographe pour mathématiciens ». Le précurseur du Navitimer créé par Breitling, dont la gamme existe toujours, doit cette appellation aux échelles de calcul disposées sur le pourtour de son cadran, et notamment à l’échelle logarithmique. La particularité technique de ce modèle est que la lunette cannelée est mobile et solidaire d’un disque interne comportant une partie des graduations. En la faisant tourner, on utilise donc bien l’équivalent d’une véritable règle à calcul comme les plus vénérables d’entre nous en ont connu…

Nous reviendrons un jour plus en détail sur ces merveilleux chronographes et autres montres « pour mathématiciens » car il y a des trésors horlogers à découvrir. En attendant, merci à Watchfred pour les quelques exemplaires rares qu’il a réunis sur cette magnifique photo !

D’une génération, l’autre

Souvenir… Elle était à mon père, qui me l’avait donnée quand j’étais enfant. Elle a bien connu l’eau salée de la Manche où nous passons nos étés depuis des décennies dans une maison sur la Côte-Fleurie. C’est toujours une joie de la revoir et, à travers elle, de repenser à cette époque. La montre était à l’époque un engin mécanique fascinant et un vrai outil. Elle l’est toujours mais a pris, avec le temps, bien d’autres dimensions… Deux générations l’ont patinée à leur poignet. La troisième sera bientôt prête à poursuivre.

Bon week-end à tous !

Sous-Marine 300 mètres

Voici deux plongeuses avec quelques points communs. Outre qu’elles ont dû être commercialisées grosso modo à la même époque, elles partagent les mêmes mensurations et pour cause : il s’agit du même boîtier « Sous-Marine 300 mètres », breveté en Suisse sous le numéro 4.952/65. Avec un boîtier et un fond particulièrement épais et une conception d’étanchéité rigoureuse, ces montres remplissent mieux leur fonction de plongeuse que bien des modèles de prestige ! On les trouve sous diverses marques : le site Montresanciennes.fr, d’où furent tirées ces informations cite les marques Huf Prestige, Kelbert, Mogador et Tinnes ; on pourrait donc y ajouter Aurore et Michel Herbelin, comme ci-dessus, mais aussi Codhor, Corail et d’autres sans doute…