24-25 mars 2018 : XVe Bourse horlogère de Mer

Rendez-vous annuel des fondus d’horlogerie ancienne, la Bourse horlogère de Mer aura lieu, cette année, les 24 et 25 mars, toujours à la Halle aux grains de la bonne ville de Mer (Loir-et-Cher).

Au programme : des dizaines d’exposants et des milliers de visiteurs, une ambiance plus que conviviale et l’occasion de dénicher la pièce de vos rêves mais aussi d’en savoir plus sur l’histoire et les techniques horlogères.

En savoir plus : http://www.bourse-horlogere.fr

Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, la Bourse horlogère de Mer (Loir-et-Cher) a été fondée en 2004. Elle est aujourd’hui devenue le plus grand rendez-vous d’horlogerie ancienne en France avec ses 75 exposants et ses 1 500 visiteurs. C’est un groupe d’amis de la région Centre, tous adhérents de l’Association française des amateurs d’horlogerie ancienne (AFAHA), qui a fondé la réputation de cette manifestation organisée avec succès chaque année.

Infos pratiques
  • Où ? Halle aux Grains à Mer (41). Accessible facilement en voiture et en train.
  • Quand ?  Samedi 24 mars de 14:00 à 19:00 et dimanche 25 mars de 10:00 à 17:30.
  • Combien ? Entrée 3 € / gratuite pour les étudiants et les moins de seize ans.
  • Contact : 02.54.81.70.91 / www.bourse-horlogere.frwww.afaha.com

W.W.W. Dirty Dozen : présentation de la famille

Douze comme les mois de l’année, les coups de minuit, les apôtres et les salopards. Si vous demandez à un ami s’il connaît ces derniers, il risque de penser immédiatement à un film avec Lee Marvin et Charles Branson, ou bien à un parti politique quelconque… à moins qu’il soit amateur de montres et, plus particulièrement, de montres militaires. S’il fait partie de cette élite de l’humanité, il évoquera en effet une collection de douze modèles conçus en 1943-1945 par autant de marques, des plus prestigieuses aux plus confidentielles, pour les besoins de l’armée britannique : les W.W.W. (Wristlet Watch Waterproof). Présentation d’une famille que les collectionneurs ont affectueusement nommée la Dirty Dozen. (Comme le film, donc.)

Lire la suite de « W.W.W. Dirty Dozen : présentation de la famille »

Chronomaster Aviator Sea Diver : 2. Les Valjoux 92

Qu’il soit Nivada Grenchen ou Croton, le Chronomaster Aviator Sea Diver rencontre un indéniable succès dès le début des années 1960. La première version, qui s’appelle Chronograph, cède la place à un nouvelle génération dotée de plusieurs types de mouvements en remplacement du Venus 210 : Valjoux 92, Landeron 248 et Valjoux 23. Nous nous intéresserons ici au premier cité.

Lire la suite de « Chronomaster Aviator Sea Diver : 2. Les Valjoux 92 »

Chronomaster Aviator Sea Diver : 1. Le Venus 210

En 1961, un splendide chronographe voit le jour au catalogue de la marque Nivada Grenchen. Multi-usages, il rencontre un rapide succès et amorce ainsi, sous le nom (provisoire) de Chronograph Aviator Sea Diver, une carrière qui durera près de dix-huit ans. C’est avec ce premier avatar, motorisé par un mouvement Venus 210, que débute notre série.

Lire la suite de « Chronomaster Aviator Sea Diver : 1. Le Venus 210 »

Tritium : comment s’y retrouver dans les maquages ?

Avant d’être cette substance qui, de la vanille au caramel en passant par la pistache, adopte les nuances les plus gourmandes en vieillissant sur les cadrans et les aiguilles de nos montres préférées, le tritium est le matériau luminescent qui succéda au radium pour assurer la lisibilité des garde-temps dans l’obscurité. Avec encore quelques nuances, signalétiques cette fois.

Lire la suite de « Tritium : comment s’y retrouver dans les maquages ? »

The Speedmaster Chronicles #1 – James H. Ragan, The Man Responsible for the « Moonwatch »

Dans cette vidéo mise en ligne par le site Monochrome-watches.com, James H. Ragan, qui n’est autre que l’homme qui, à la NASA, supervisa les tests effectués sur les chronographes candidats à l’accréditation pour les missions Apollo. Brisant quelques idées reçues, « Jim » raconte pourquoi et comment le chronographe Speedmaster fut le seul à passer l’ensemble des tests avec succès pour devenir, quelques années plus tard, la fameuse Moonwatch. Dix minutes rares et passionnantes !

Cette vidéo est la première d’une série de cinq consacrées à l’Omega Speedmaster.

  1. James H. Ragan, l’homme qui a fait du Speedmaster la « Moonwatch »
  2. Robert-Jan Broer, « Mister Speedy Tuesday »
  3. @vintagewatchzilla, collectionneur
  4. Aurel Bacs, commissaire-priseur chez Phillips Watches

Dacor et les montres de plongée

Dacor n’a rien d’une maison horlogère puisqu’il s’agit en réalité de l’un des cinq premiers fabricants américains d’équipements de plongée. À ce titre, cette firme du Middle West fondée par un passionné, ne s’est pas privée de « badger » des montres de plongée à ses couleurs, à l’image, par exemple, de la Spirotechnique.

Lire la suite de « Dacor et les montres de plongée »

Baltic Bicompax 001

Chouette, une nouvelle marque horlogère française ! Chouette, une marque qui propose des modèles néo-vintage de qualité, au design réussi ! Chouette, j’ai reçu le chronographe Baltic Bicompax 001 pour en parler « montre en main »…

Lire la suite de « Baltic Bicompax 001 »

Certina DS réf. 5801 113

Les initales « DS » vous feront spontanément penser à une illustre Citroën lancée en 1955 et qui, tant elle était en avance sur son temps, réussira l’exploit d’une carrière commerciale de deux décennies. Amateurs de montres, vous songerez peut-être aussi aux Certina qui utilisent un système de « double sécurité » pour résister aux chocs. Parmi les nombreux modèles parés de ce label depuis 1959, la 5801 113, lancée en 1964, est celle qui vous est présentée aujourd’hui. Une plongeuse pas courante, qui ne manque pas de charme…

Lire la suite de « Certina DS réf. 5801 113 »